Cinq personnes ont été accusées de fraude et de vol, lundi, dans une rare cause criminelle d'espionnage industriel au Canada. Elles ont brièvement comparu au palais de justice de Montréal, ce qui faisait suite à leurs arrestations, les 29 et 30 mai.

Francis Vailles LA PRESSE

Les cinq individus sont Gary Smith (Ingelside, en Ontario), Christian Brien (Saint-Zotique, Québec), Marc Beauchemin (Terrebonne, Québec), Joe Gallant (Barrie, Ontario) et Paul Andrew Weeks (Aurora, Ontario).

Essentiellement, les quatre premières personnes travaillaient pour l'entreprise d'entretien d'avions Innotech-Execaire, installée principalement à l'aéroport Montréal-Trudeau, à Dorval.

Ensemble, elles auraient saisi des données commerciales, financières et techniques du centre de tests non destructifs de l'entreprise pour les donner au concurrent SkyService Business Aviation. Le cinquième accusé, Paul Andrew Weeks, travaillait pour SkyServive.

Les cinq chefs d'accusation communs couvrent une période qui s'étend du 10 février 2010 au 18 mai 2012. L'enquête a été menée par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

En plus de ces accusations criminelles, l'entreprise Innotech-Execaire a entrepris une poursuite civile contre SkyService, en Ontario. La cause a récemment fait l'objet d'un reportage du journal Chronicle Herald, de la Nouvelle-Écosse, où est installé le siège social d'Execaire (groupe I.M.P.).

Selon le reportage, les agissements de certains employés auraient obligé Execaire à fermer temporairement sa division. Ces employés auraient également fait disparaître les coordonnées de clients et de fournisseurs d'Execaire pour favoriser le concurrent SkyService, est-il écrit dans l'article. Le groupe I.M.P. réclame des millions de dollars de dommages.

Les accusés ont été remis en liberté à la seule condition de ne pas communiquer entre eux, sauf pour des motifs liés à leur travail ou à la préparation de leur défense.