Alors qu'il espère toujours une intervention ministérielle pour lui permettre de rester au Canada malgré son passé criminel, Dany Villanueva vient à nouveau d'être arrêté et accusé de possession de cannabis, entrave au travail d'un agent de la paix et bris de condition.

Vincent Larouche LA PRESSE

Le jeune homme a comparu brièvement au palais de justice de Montréal aujourd'hui, où la couronne s'est opposée à sa remise en liberté. Il reviendra en cour demain pour son enquête sur remise en liberté.

Dany Villanueva, qui n'a jamais obtenu sa citoyenneté canadienne, est toujours sous le coup d'une mesure de renvoi vers son Honduras natal pour cause de «grande criminalité».

La cour fédérale a refusé d'entendre sa demande de révision de l'ordre d'expulsion. Il a donc entrepris deux dernières procédures dans le but de rester au Canada : une évaluation des risques avant renvoi ainsi qu'une demande d'intervention du ministre sur la base de considérations humanitaires. Les deux procédures sont toujours en cours.

L'ex-membre de gang de rue, dont le frère cadet a été tué au cours d'une opération policière à Montréal-Nord en 2008, avait par ailleurs été un témoin vedette lors de la commission d'enquête qui avait suivi le drame.

En octobre dernier, Dany Villanueva et ses amis avaient été acquittés dans un dossier de vol qualifié remontant à 2008. La cour avait déterminé que la police avait violé ses droits et ceux de ses amis en les arrêtant sans motifs suffisants après le crime.

«C'est sûr que je ne suis pas content. Mais récemment, je me suis fait dire à la commission de l'immigration que son acquittement n'était pas pertinent au dossier, donc j'espère qu'une nouvelle accusation ne sera pas prise en compte non plus», résume Me Stéphane Handfield, l'avocat responsable du dossier d'immigration de Dany Villanueva.

Rappelons que le jeune homme a une autre cause pendante de possession de stupéfiants à la suite d'une interception par la police à Repentigny.