La jeune femme accusée pour avoir faussement affirmé avoir été agressée sexuellement dans une halte routière le mois dernier a été remise en liberté sous conditions, mardi, au palais de justice de Québec.

Publié le 26 juill. 2011
LA PRESSE CANADIENNE



Vanessa Roussel, 21 ans, dont les proches ont fourni 7000 $ en garanties financières, reviendra devant le tribunal le 31 octobre.

D'ici là, elle devra respecter une série de conditions, notamment de consulter un médecin, de même qu'un organisme venant en aide aux personnes atteintes de troubles mentaux et suivre une thérapie le cas échéant.

Mme Roussel, originaire du Nouveau-Brunswick, alléguait que deux suspects s'étaient approchés d'elle dans une halte routière à Saint-Michel-de-Bellechasse, le long de l'autoroute 20, avant de la forcer à se diriger vers un secteur boisé voisin où ils l'avaient violée à la pointe d'un couteau.

La Sûreté du Québec (SQ) avait ensuite ouvert une enquête et notamment publié sur son site internet les portraits-robots de deux présumés suspects.

Toutefois, en cours de route, les policiers ont douté de la véracité des affirmations de la jeune femme, ce qui a mené à son arrestation.