La Sûreté du Québec (SQ) est secouée par ce qui a toutes les allures d'un drame passionnel: l'officier supérieur responsable de la menace terroriste aurait ouvert le feu sur son ex-copine - également policière à la SQ - avant de retourner son arme contre lui, samedi soir à Brossard.

Mis à jour le 24 mai 2011
Catherine Handfield LA PRESSE



Selon plusieurs sources, le policier serait le lieutenant Marco Gauthier, récemment nommé responsable par intérim de la Division de la lutte contre le terrorisme et de la menace active à la SQ. La policière, une sergente de 33 ans, relevait du même service que lui.

La Sûreté du Québec a refusé hier de révéler l'identité de ces deux personnes et le lien qui les unissait. L'organisation a toutefois confirmé qu'il s'agissait de ses employés.

Le drame est survenu samedi soir chez la policière, rue Le Corbusier, dans un nouveau quartier non loin du complexe DIX30, à Brossard.

Coups de feu

Ce soir-là, la sergente aurait soupé avec quelques amis de son voisinage et serait rentrée chez elle vers 22h15. Le policier impliqué n'était pas à cette soirée, selon une voisine qui a requis l'anonymat.

Vers 22h30, un voisin a entendu des gens se disputer dans l'appartement au-dessus de chez lui. Puis environ trois coups de feu ont retenti.

Philip Hernandez, qui habite en biais, est sorti sur son balcon. «J'ai vu la femme devant la porte extérieure de son appartement, a-t-il raconté hier. Elle était couchée au sol et elle criait.»

Les policiers sont rapidement arrivés sur les lieux. À l'intérieur de l'appartement, ils ont découvert le corps inanimé du policier de 45 ans, atteint dans le haut du corps. Sa mort a été constatée à l'hôpital. La femme, qui avait reçu une balle dans la cuisse, a été transportée dans un centre hospitalier. Elle est hors de danger.

Selon nos sources, Marco Gauthier aurait eu une liaison avec la policière et n'aurait pas accepté leur rupture. Il laisse dans le deuil ses deux enfants et la mère de ces derniers.

La police de Longueuil enquête

La police de Longueuil a poursuivi son enquête hier pour tenter d'élucider les circonstances du drame. Selon l'hypothèse principale, l'homme est le seul à avoir ouvert le feu.

Les enquêteurs devront déterminer si le policier a visé son ex-conjointe ou si cette dernière a été atteinte accidentellement lorsqu'il a retourné son arme contre lui. Ils ont déjà rencontré la policière.

«On se demande s'il a tenté de l'atteindre volontairement», a indiqué hier l'agent Martin Simard, porte-parole du Service de police de Longueuil.

La SQ s'est dite «atterrée» par le drame, hier. Ses «premières pensées vont à l'employée blessée, à la famille de cette dernière ainsi qu'à celle de l'autre membre impliqué», a écrit l'organisation dans un bref communiqué publié hier. Le programme d'aide aux employés de la SQ a offert son soutien à la policière, à ses collègues et aux deux familles concernées.

Les collègues de Marco Gauthier ont du mal à s'expliquer le geste qu'il aurait commis. Ils constatent que même les policiers ne sont pas à l'abri de tels drames.

Pendant sa carrière, Marco Gauthier a notamment été enquêteur aux crimes contre la personne et coordonnateur provincial des disparitions et des enlèvements.

- Avec la collaboration de Francis Vailles