Jean-François Harrisson a renoncé ce matin, à demander une révision de sa détention, en Cour supérieure. Il reste en prison en attendant ses trois procès qui doivent se tenir en avril, pour une omission de comparaître, ainsi qu'en mai et en juin, pour possession de pornographie infantile.

Publié le 18 mars 2011
Christiane Desjardins LA PRESSE



Aujourd'hui, l'attitude du comédien tranchait nettement avec celle qu'il affichait lors de ses dernières comparutions. Ce matin, il est apparu calme, il a répondu clairement aux questions, par oui ou par non, et n'a pas prétendu une seule fois qu'il était le «représentant autorisé de M. Harrisson.» Après sa brève apparition en Cour supérieure, M. Harrisson a été amené devant la Cour du Québec, car la procureure Anne Gauvin voulait inverser des dates de procès, pour faciliter le dossier. M. Harrission ne s'y est pas opposé.

La procureure en a profité pour annoncer qu'elle retirait l'accusation de possession de stupéfiants qui pesait contre l'accusé. Le juge Robert Sansfaçon a alors demandé à M. Harrisson s'il s'y opposait. Ce dernier a répondu «bien non.» Il s'est fait remettre des documents de preuve.

M. Harrisson, ex-vedette d'émissions pour enfants, notamment à VRAK.TV, se représente seul. Il reviendra devant le tribunal le 4 avril pour son procès pour omission de comparaître. C'est justement parce qu'il ne s'est pas présenté devant le tribunal à deux reprises dans le cadre des procédures judiciaires qu'il est détenu. Autrement, il serait libre.