La police de Montréal a démantelé jeudi matin un réseau «bien ficelé » de vendeurs de cigarettes de contrebande, qui écoulait son tabac via des dizaines de points de vente dispersés dans la grande région montréalaise. Seize personnes, deux femmes et 14 hommes, ont jusqu'à présent été arrêtées.

Mis à jour le 17 mars 2011
Hugo Meunier LA PRESSE

C'est une information du public qui a mis le Service de police de la Ville de Montréal sur la piste des contrebandiers en septembre 2010. «Au cours de notre enquête, on a découvert un réseau bien ficelé et structuré», a indiqué l'agent Simon Delorme.

Les cigarettes étaient vendues à partir de 50 points de vente, éparpillés un peu partout à Montréal et dans la région. Ces points de vente, emménagés dans des appartements pour la plupart et parfois même à partir du coffre d'une voiture, étaient alimentés par quelques distributeurs. Ces derniers s'approvisionnaient auprès d'un fournisseur principal, qui opérait à partir de la réserve Kahnawake, sur la Rive-Sud.

Au moment d'envoyer ces lignes, la police avait passé les menottes à deux des 13 suspects visés par l'opération. Au total, une vingtaine de perquisitions sont prévues.



Selon des informations obtenues par Rue Frontenac, le réseau écoulait une cinquantaine de caisses de cigarettes par semaine sous le manteau. Chaque caisse renferme 50 cartouches de 200 cigarettes, vendues 20$ chacune. Ce réseau avait pour effet de frauder à l'état plus de 100 000$ en taxes sur une base hebdomadaire.

Une des nombreuses perquisitions avait lieu dans l'appartement d'un immeuble de l'avenue Haut-Anjou, à Anjou. Le point de vente était situé au coeur d'un important parc locatif de ce secteur de l'est de la ville.

D'autres perquisitions ont été menées sur la rue Bercy dans l'Hochelaga-Maisonneuve et aussi à l'Épiphanie, petite municipalité située à l'est de la métropole.

Plusieurs enquêteurs et policiers de la section de l'identité judiciaire étaient dans bâtiment de la rue Onulphe-Peltier à L'Épiphanie, dans lequel des mini-entrepôts sont loués. Les policiers fouillaient cet endroit discret et sans bannière, situé au fond d'une cour, à côté d'une maison de campagne. Des cigarettes de contrebande pourraient entreposées sur place, mais les policiers dépêchés sur les lieux seraient repartis bredrouilles. Selon un voisin qui possède aussi une compagnie d'entreposage, il est difficile de contrôler tout ce qui se passe dans ces endroits. «On ignore ce que nos clients entreposent», a-t-il souligné. Des enquêteurs ont aussi fouillé une voiture garée devant l'entrepôt.

L'opération policière est pilotée par le Groupe Accès, spécialisé dans la lutte à la contrebande d'alcool et de tabac. Un bilan de l'opération devrait être émis plus tard dans la journée.

Photo: Patrick Sanfaçon, La Presse

Vingt-cinq perquisitions visant des résidences, des commerces et des voitures ont été menées au cours des dernières heures à L'Épiphanie, dans Lanaudière et à Montréal, notamment dans l'arrondissement Anjou.