Source ID:8452095; App Source:DAM

Un ex-directeur de police doit rembourser 15 000$

Le ministère de la Sécurité publique a confié... (Photo: David Boily, archives La Presse)

Agrandir

Le ministère de la Sécurité publique a confié l'enquête à la police de Laval après avoir reçu des plaintes provenant de deux proches collaborateurs de l'accusé.

Photo: David Boily, archives La Presse

L'ex-directeur de la police régionale de Deux-Montagnes, Normand Mastromatteo, devra faire 150 heures de travaux communautaires et rembourser 15 000$ à la municipalité qui l'employait.

Reconnu coupable de 7 des 13 chefs d'accusation portés contre lui alors qu'il occupait le poste de directeur de police, Mastromatteo a vu hier le juge Jean Sirois, de la Cour du Québec, scinder sa décision en deux volets: pour avoir volé et commis deux fraudes d'un total de 13 500$ en 2003 et 2004 contre la Ville, il a eu un sursis de six mois assorti d'une probation d'un an. Pour les vols, la fraude et la supercherie qui ont privé la Ville de 9404$ entre 2002 et 2004, il a également été condamné avec sursis, et devra faire des travaux communautaires en plus de rembourser son employeur dans un délai de cinq mois.

Mastromatteo avait demandé 13 500$ à la Ville prétendument pour les remettre à un informateur qui avait permis de découvrir 15 serres de culture de marijuana à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, en 2002. L'argent n'a jamais été remis à qui de droit.

Après avoir reçu des plaintes provenant de deux proches collaborateurs de l'accusé, le ministère de la Sécurité publique a confié, en 2005, le mandat à la police de Laval de faire enquête sur le comportement de Mastromatteo, ce qui a mené aux accusations.

Après tergiversation, Mastromatteo, qui a été lieutenant dans la police de Montréal avant d'occuper le poste de directeur de police à Deux-Montagnes, a été congédié en 2006. Il a été remplacé par Serge Frenette, l'un des deux collaborateurs qui s'étaient adressés au ministère de la Sécurité publique. C'est Mastromatteo qui l'avait embauché comme adjoint. Lui aussi provient de la police de Montréal.

Dans son jugement rendu le 29 mars dernier, le juge Sirois avait dit que Mastromatteo avait un «ego visiblement important et une incompétence flagrante comme administrateur».




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer