Après en avoir appelé du jugement à deux reprises, les propriétaires du Sexe Mania se plieront à la décision de la Régie des alcools, des courses et des jeux: ce bar de danseuses de la rue Ontario Est perd son permis d'alcool pour une durée de 75 jours.

Catherine Handfield LA PRESSE

Le Service de police de la Ville de Montréal a reçu au début du mois d'avril le mandat d'appliquer la sanction, ce qu'il a fait aujourd'hui. Des agents de la Section moralité, alcool et stupéfiants de la région Sud du SPVM se sont rendus dans le bar en milieu d'après-midi pour mettre l'alcool sous scellé. Le cabaret perdra également l'accès à ses appareils de loterie vidéo pour 75 jours.

La Régie avait imposé cette sévère sanction à l'établissement en avril 2008. Le Service de police de la Ville de Montréal avait monté un dossier d'une trentaine d'incidents survenus entre 1996 et 2007. Mais c'est surtout une tentative de meurtre, commise dans la nuit de 4 mars 2007, qui a retenu l'attention des régisseurs.

Le frère d'un membre des Syndicates, un «club école» des Hells Angels chargé de la distribution de drogue dans le centre-ville, a atteint un homme par balles. Le suspect, Marcus Barthélus, a été arrêté le lendemain de l'attentat.

Dans les jours qui ont suivi la fusillade, des agents d'infiltration armés ont pu facilement s'introduire dans le bar. Dans un cas, le gérant a découvert l'arme à feu, mais il a quand même laissé passer le policier.

Les propriétaires du Sexe Mania en avait appelé de la décision de la Régie à deux reprises. Ils se sont finalement désistés, évoquant les frais juridiques trop élevés.

- Avec Hugo Meunier