Source ID:; App Source:

«Mon fils avait peur de moi», témoigne Denis Coderre

Au terme d'une enquête de plus d'un an,... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

Au terme d'une enquête de plus d'un an, la Sûreté du Québec a découvert qu'Alexandre Coderre avait en fait menti à ses proches et aux policiers.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

« Certainement, je le prends un peu personnel, parce que c'est moi qui ai fait l'appel», s'est repenti l'ex-maire Denis Coderre, ému, au début de son témoignage lundi pour plaider en faveur de son fils Alexandre Coderre. «Oui, il mérite des conséquences, mais pas un casier judiciaire. Mon fils a vraiment cheminé, il a vraiment progressé. Il est conscient de la faute grave qu'il a commise», a-t-il témoigné, les yeux rougis.

Quatre mois après avoir plaidé coupable à des accusations de fraude et de méfaits, l'étudiant de 22 ans a demandé lundi à la cour une absolution conditionnelle, ce qui équivaut à ne pas avoir de casier judiciaire. La Couronne a réclamé une condamnation avec sursis et une probation de deux ans, en plus de 240 heures de travaux communautaires.

C'est parce qu'il prenait très au sérieux la «question d'usurpation d'identité» et qu'il voulait  «protéger» sa famille que Denis Coderre a informé le chef de police Philippe Pichet que son fils avait été victime de fraude et de vol d'identité, a raconté l'ex-maire, qui s'est identifié comme «chômeur» avant d'amorcer son témoignage.

«J'avais appelé le directeur de police pour dire : ''regarde, il faut qu'il se passe quelque chose''. Par la suite, pour me rendre compte que c'est mon fils qui m'avait menti, que c'est mon fils qui avait peur de moi, que c'est mon fils qui n'était pas capable de m'affronter...», a témoigné l'ex-maire. 

Au terme d'une enquête de plus d'un an, la Sûreté du Québec a découvert qu'Alexandre Coderre avait en fait menti à ses proches et aux policiers. Sa cyberdépendance ayant occasionné des dépenses de milliers de dollars, il contactait les banques pour contester les transactions sur sa carte de crédit, prétendant avoir été victime de fraude. Il a ainsi fraudé plus de 16 000 $ en quatre occasions à des banques et des fournisseurs internet en 2015 et 2016.

À l'époque des crimes, Denis Coderre voyait bien l'immaturité et les problèmes de confiance de son fils. Or, sa thérapie a porté fruit, assure-t-il. Pendant la campagne électorale, il a constaté que son fils de 22 ans avait énormément changé. «Elle n'était pas facile cette campagne électorale... On s'est assis un soir vers 11h et on a discuté. J'avais vraiment l'impression que j'avais un homme devant moi. Il m'a dit à quel point il était désolé, qu'il ne voulait pas faire du tort à sa famille», a expliqué Denis Coderre.

Dans un témoignage livré avec aplomb, Alexandre Coderre a raconté son évolution des dernières années et les circonstances particulières de ses crimes, commis en raison de sa cyberdépendance . «J'ai perdu le contrôle pendant ces années. J'avais beaucoup trop peur de la réaction de mon entourage. J'ai décidé de mentir. Je ne suis pas une personne criminelle», s'est-il défendu. C'est uniquement parce qu'il avait trop peur de la réaction de sa famille et de l'impact sur la carrière de son père que le jeune homme a persisté à mentir sur une aussi longue période, a-t-il expliqué.

Mais depuis ces évènements, il n'est plus la même personne, assure-t-il. Il étudie à l'université pour être journaliste sportif, fréquente une femme depuis quelques mois, travaille dans un commerce et suit une thérapie depuis longtemps pour sa cyberdépendance. Il n'est plus retourné sur les sites qu'il consommait régulièrement depuis des mois. Son psychologue traitant a également témoigné en sa faveur lundi après-midi.

Ainsi, Alexandre Coderre devrait profiter d'une absolution conditionnelle, a plaidé Me Conrad Lord. L'avocat de la défense a énuméré une série de facteurs atténuants pour le jeune homme, dont sa thérapie, son plaidoyer rapide et ses projets de carrière. De plus, la médiatisation «hors du commun» de son histoire est un facteur à considérer, a noté Me Lord. 

Les fraudes du jeune homme ont été «planifiées et préméditées», a plaidé la procureure de la Couronne Fannie Turcot. La poursuite demande une peine «clémente», soit une condamnation avec sursis et une probation de deux ans avec suivi. «Il savait ce qu'il faisait. C'est un montant important - 16 000 $ - qui a duré un an et cinq mois», a déclaré Me Turcot. La procureure a aussi noté qu'Alexandre Coderre avait  réinitialisé son téléphone et retiré la carte SIM de son téléphone, alors qu'un mandat de perquisition avait été lancé par les enquêteurs. 

La juge rendra sa décision en avril prochain.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer