« Ce qu'on cherche, ce n'est pas grand-chose, c'est microscopique », a dit le lieutenant-détective Gilbert Dagenais en présentant hier les photos des nombreux prélèvements réalisés sur la Toyota Avalon de Mario Romain, accusé du meurtre prémédité de son ex-amie de coeur.

Publié le 17 sept. 2014
Catherine Handfield LA PRESSE

Le corps de Cinthia Toussaint, 23 ans, a été découvert en mai 2010 au fond d'un puisard de la carrière Miron, à Saint-Michel. Le ministère public croit que Mario Romain, 30 ans, a roulé sur la mère de son fils à deux reprises avant de jeter son corps tête première dans le puisard. 

Selon le ministère public, Romain aurait changé les enjoliveurs et les quatre pneus de sa Toyota Avalon 2006 après la disparition de Cinthia Toussaint. Des traces du crime auraient tout de même subsisté sous sa voiture, selon les photos présentées hier au deuxième jour du procès.

Premier témoin appelé à la barre, le lieutenant-détective Gilbert Dagenais a encerclé sur une photo trois petites tâches roses, qui auraient été laissées par le vernis à ongles de la victime. Sur une autre photo, on voit des petites marques qui correspondraient au tissage du jeans délavé que la victime portait le soir de sa disparition. Selon le procureur de la couronne, Jacques Dagenais, des traces de sang humain auraient aussi subsisté sous la voiture.

L'enquêteur Dagenais a également présenté aux 12 membres du jury une série de photos d'un enjoliveur d'échappement découvert au fond du puisard. La Couronne entend démontrer que cette pièce provient de la Toyota Avalon de l'accusé.

Le procès de Mario Romain se poursuit aujourd'hui.