Source ID:bf4c9bd04adb30c7a714f1bae28af089; App Source:StoryBuilder

L'importateur de cocaïne Ray Kahno est mort

Ray Kahno en 2006... (Photo Alain Roberge, archives La Presse)

Agrandir

Ray Kahno en 2006

Photo Alain Roberge, archives La Presse

Ray Kahno, cet importateur de cocaïne atteint par balle hier soir à Laval est décédé des suites de ses blessures.

Ce sont des passants qui ont constaté, en fin de soirée hier, au sol, la présence de l'homme de 42 ans.  

«Nous avons reçu un appel vers 23h48 pour un homme étendu sur le sol près de sa voiture, à l'angle des rues Pothier et d'Edimbourg, dans le quartier Vimont. Lorsque les policiers sont arrivés, l'homme était semi-conscient. Les ambulanciers l'ont transporté à l'hôpital, mais c'est à cet endroit qu'on s'est rendu compte qu'il avait été atteint par balle», raconte l'agente Stéphanie Beshara de la police de Laval.

Lorsque les policiers sont arrivés, l'homme était semi-conscient.... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Lorsque les policiers sont arrivés, l'homme était semi-conscient.

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

Selon nos informations, Kahno aurait été atteint d'au moins un coup de feu à la tête. Sa voiture se trouvait à quelques dizaines de mètres et il pourrait avoir tenté de fuir son ou ses meurtriers.

L'enquête a été transférée à la Sûreté du Québec puisqu'il s'agit vraisemblablement d'un événement relié au crime organisé.

Dans la foulée de l'enquête Colisée menée par la Gendarmerie royale du Canada en novembre 2006, Kahno a été condamné à huit ans et deux mois de pénitencier pour importation et complot pour possession de cocaïne dans un but de trafic. Lui et un associé, Giuseppe Torre, étaient responsables des importations de cocaïne de la mafia montréalaise effectuées par l'aéroport Montréal-Trudeau et avaient notamment corrompu des douanières.  

Durant l'enquête Colisée, Kahno s'est retrouvé dans l'eau chaude lorsque les chefs de la mafia basés au Club social Consenza ont réalisé que 100 kg de cocaïne avaient été importés à leur insu, dans une cargaison de 218 kilos saisie à l'aéroport Trudeau en janvier 2005. Plus tard, il a toutefois nié son implication dans cette affaire et indiqué qu'il n'avait aucune dette à la suite de cette affaire.

Pour étoffer leur preuve contre lui durant l'enquête Colisée, les enquêteurs lui ont volé 3 millions de dollars qui se trouvaient chez des membres de sa famille et camouflé le délit en introduction avec effraction. Cette opération subreptice a provoqué la colère de Kahno, qui a soupçonné un membre de la famille et demandé à un complice d'apporter une arme. Les policiers, qui écoutaient Kahno, ont alors trouvé un prétexte pour intercepter les deux hommes près du quartier général de la GRC, à Westmount, et les arrêter.  

Kahno a été libéré d'office aux deux tiers de sa peine en mars 2015, mais à au moins deux reprises, sa libération conditionnelle a été suspendue, entre autres parce qu'il s'était retrouvé avec un individu lié au crime organisé et ayant des antécédents en matière de stupéfiants.  

Devant les commissaires aux libérations conditionnelles, Kahno avait dit qu'il travaillait avec la mafia, mais n'en faisait pas partie, et qu'il pensait prendre sa retraite du crime avant d'être arrêté en novembre 2006.

Deux événements en trois jours

Selon nos informations, Kahno aurait eu des dettes mais les policiers n'écarteront aucune hypothèse.

C'est la deuxième fois en trois jours qu'un individu est atteint par balle à Laval. Lundi matin, vers 4h, un homme de 35 ans, Eliott Blanchard, a été trouvé blessé près d'un véhicule, dans un stationnement municipal de l'avenue du Havre-des-Îles dans le quartier Chomedey. Il est mort à l'hôpital plusieurs heures plus tard.

Blanchard avait des antécédents en matière de stupéfiants et la police n'exclut pas qu'il s'agisse du mobile du crime. L'enquête a également été transférée à la Sûreté du Québec.

Il est trop tôt pour déterminer si les deux événements sont reliés. Pour le moment, rien n'indique que c'est le cas, mais les enquêteurs devraient tout de même examiner cette possibilité.

Pour joindre Daniel Renaud, composez le (514) 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l'adresse postale de La Presse.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer