La GRC souhaite imposer des conditions pour restreindre la liberté d'un ex-Montréalais soupçonné d'avoir voulu grossir les rangs d'un groupe djihadiste en Syrie.

Gabrielle Duchaine LA PRESSE

Ismael Habib, 28 ans, a été arrêté cette semaine à Gatineau pour harcèlement, menaces de mort et emploi de documents contrefaits après avoir été dénoncé par sa conjointe. L'homme était depuis quelque temps dans la ligne de mire de la GRC à cause de son radicalisme. Preuve du sérieux de l'affaire, l'équipe intégrée sur la sécurité nationale de la GRC a déposé hier au palais de justice de Montréal une dénonciation selon laquelle les autorités ont « des motifs raisonnables de craindre la possibilité qu'il commette une infraction de terrorisme ».

La procureure responsable du dossier demande qu'Ismael Habib s'engage à respecter certaines conditions en vertu de l'article 801.01 du Code criminel, comme l'ont déjà fait deux autres Montréalais soupçonnés de terrorisme. Le détail des conditions qu'on souhaite imposer à Ismael Habib n'a pas été dévoilé.