Source ID:468295; App Source:cedromItem

Explosion d'enquêtes contre les pseudo-psychothérapeutes

En octobre dernier, 300 pseudo-psychothérapeutes se trouvaient dans... (Photo archives La Presse)

Agrandir

En octobre dernier, 300 pseudo-psychothérapeutes se trouvaient dans la ligne de mire de l'Ordre.

Photo archives La Presse

L'Ordre des psychologues du Québec est inondé de demandes d'enquête depuis la diffusion de sa publicité télévisée qui dénonce les dégâts causés par les pseudo-psychothérapeutes.

Au cours des deux derniers mois, 100 nouveaux cas ont été dénoncés à l'organisme, soit trois fois plus que d'ordinaire pour une période de longueur égale. Cette explosion a dépassé toutes les attentes de la présidente de l'Ordre, Rose-Marie Charest. «L'impact est manifeste. On a réussi à amener les gens à s'interroger sur la compétence des gens qu'ils consultent», se réjouit-elle.

Intitulée «Ne laissez pas n'importe qui entrer dans votre tête», la publicité met en scène un homme maladroit qui saccage avec nonchalance le contenu d'étagères remplies de porcelaines.

Depuis un an et demi, nul ne peut exercer la psychothérapie sans permis, cette activité étant jugée «à haut risque». Le permis requis est accessible aux seuls psychologues et à une poignée d'autres professionnels formés en santé mentale. Malgré tout, des dizaines d'amateurs et de charlatans continuent visiblement de sévir.

Enquêteurs

En octobre dernier, 300 pseudo-psychothérapeutes se trouvaient dans la ligne de mire de l'Ordre. Ils sont maintenant 400, parmi lesquels de 40 à 80 cas lourds, qui exigeront des mesures «musclées» et l'entrée en scène de trois nouveaux enquêteurs. «On a dû les former et leur montrer comment mimer une personne en détresse, puisqu'on doit prouver jusqu'où le pseudo-thérapeute peut aller face à une personne souffrante, expose Mme Charest.

Nos enquêteurs n'en reviennent pas de voir à quel point certains peuvent se montrer convaincants, dit-elle. Ils constatent que ce n'est pas tant l'argent qui motive ces gens que la recherche de pouvoir, le désir d'exercer un ascendant.»

Les enquêtes étant longues et coûteuses, les premières poursuites pénales ne seront sans doute pas déposées avant quelques mois. Depuis 2012 déjà, l'Ordre et le Collège des médecins se plaignent d'être submergés et réclament l'aide du gouvernement du Québec.

En attendant, les enquêteurs priorisent les dossiers «les plus inquiétants», indique Mme Charest. «Si un juge n'empêche pas certaines personnes de pratiquer quand nos enquêteurs leur rapporteront ce qu'elles font, ça n'aura servi à rien de faire une loi. Il faut la faire respecter», estime-t-elle.

Chose certaine, les conséquences des mauvaises thérapies peuvent être terribles. Dans notre grande enquête «Gourous inc.», publiée en 2012, des victimes nous ont raconté comment des charlatans les avaient conduites au bord du gouffre. Certains ont ensuite été semoncés par l'Ordre des psychologues.

Annuaire

Pour aider le public à s'y retrouver, l'Ordre a mis un annuaire sur le microsite web votretête.ca. On y indique qui est autorisé à pratiquer et qui devrait susciter la méfiance (promesses de résultats, soi-disant «pouvoirs», etc.).




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer