Un homme de 22 ans, que le ministère public croit capable de se livrer à une infraction terroriste, était présent au palais de justice ce matin.

Christiane Desjardins LA PRESSE

Merouane Ghalmi, ex-adepte de combats extrêmes, n'est accusé de rien, mais le Procureur général voudrait qu'il signe un engagement de garder la paix, conformément à l'article 810.01 du Code criminel. L'homme aux cheveux coupés très courts et portant une barbe n'a pas dit un mot pendant sa courte comparution devant le juge Yvan Poulin. Il est représenté par Me Mathieu Bédard.

Il n'y a rien eu à signer ce matin. La procureure de la Couronne fédérale Lyne Décarie a expliqué qu'elle allait remettre la preuve à l'avocat de la défense.

Les parties se reverront devant le tribunal le 27 mars.