Richard Desrosiers était l'exemple même d'une extraordinaire réhabilitation.

Christiane Desjardins LA PRESSE

L'ex-voleur de banques, qui avait longtemps écumé les bagnes de la province comme détenu, avait repris le droit chemin et prêchait maintenant par l'exemple et la bonne parole. Mais voilà. Jeudi, l'homme de 63 ans a été arrêté et accusé avec d'autres, en lien avec la saisie de 100 kg de cocaïne et 15 kg de crystal meth. La plus grosse saisie de crystal meth de l'histoire au Québec.

La nouvelle a consterné et désolé beaucoup de gens au palais de justice de Montréal, où M. Desrosiers était avantageusement connu.

«C'est une douche froide. C'était l'incarnation de la réhabilitation», s'est étonné le procureur de la Couronne Pierre Garon. «Je suis renversé. Jamais je n'aurais imaginé. Je l'ai rencontré il y a deux semaines. Il était dans sa décapotable. Il allait super bien. Un éternel positif», a réagi Me Patrick Davis, un avocat de la défense. «Quand les gars étaient condamnés, il allait les voir pour les encourager», a ajouté Me Davis.

De fait, pendant longtemps, M. Desrosiers a été un pilier d'Option Vie, un organisme qui aidait les détenus condamnés à perpétuité à se prendre en main. Il lui arrivait aussi de témoigner lorsque des détenus tentaient de retrouver la liberté. M. Desrosiers, un grand gaillard jovial et sympathique au bagout inépuisable, était un conférencier apprécié, qui en avait beaucoup à raconter: sa vie en dents de scie de criminel, les durs moments en détention, incluant l'émeute à la prison Archambault, sa nouvelle façon d'aborder la vie... On l'invitait notamment pour faire de la prévention auprès des jeunes.

Aide divine

M. Desrosiers racontait que sa transformation avait commencé un certain soir, alors qu'il était complètement découragé et au bout du rouleau, dans sa cellule. Il avait imploré l'aide divine, et l'avait obtenue. Il avait fini de purger sa peine, et à sa sortie, il y a 15 ou 20 ans, avait pris le droit chemin.

Il était devenu un nouvel homme, qui appréciait la vie pour ce qu'elle avait de vrai à offrir.

Selon ses dires, fiers de son parcours et pour le féliciter, des juges s'étaient même cotisés pour lui offrir un voyage avec sa conjointe, il y a une douzaine d'années.

M. Desrosiers, qui avait purgé de longues peines, avait obtenu son pardon et pouvait voyager partout dans le monde, même aux États-Unis.

M. Desrosiers a quitté Option Vie il y a environ cinq ans, pour se consacrer à d'autres projets. Depuis, on le voyait beaucoup plus rarement au palais de justice. Il s'était lancé en affaires, apparemment.

Le service Option Vie a été aboli il y a environ un an par le gouvernement Harper.

Accusations

M. Desrosiers, bien sûr, est présumé innocent jusqu'au terme de son procès. Il a comparu jeudi, avec trois coaccusés, à Montréal, pour répondre d'accusations de possession dans le but de trafic, et trafic de cocaïne et de crystal meth. Ils reviendront devant le tribunal mardi, pour leur enquête sous cautionnement.

Rappelons que l'opération a eu lieu jeudi matin.

Les policiers ont frappé à quatre endroits. La marchandise aurait été retrouvée principalement dans une résidence de la rue Agnès, dans le sud-ouest de Montréal. Cinq lingots d'or ont aussi été saisis, de même que 200 000$.

Outre M. Desrosiers, Jean-Philippe Guérette, 33 ans, Michel Bouchard, 53 ans, et Souhila Boumali, 23 ans, ont été arrêtés et accusés. Selon une source, M. Desrosiers aurait agi comme chauffeur.

- Avec la collaboration de Daniel Renaud