(Washington) Le département américain de l’Agriculture a un temps compté le Wakanda - pays africain fictif de l’univers Marvel - dans sa liste de pays bénéficiant d’un accord de libre-échange avec les États-Unis, avant de se rendre compte de son erreur et de faire disparaitre de son site internet la patrie de Black Panther.  

Agence France-Presse

Le Wakanda était sur la liste d’une dizaine de pays bénéficiant d’un accord commercial avec les États-Unis dans un simulateur de calcul de taxes douanières sur le site du ministère.

Mercredi, un utilisateur a remarqué sa présence en ligne et la bourde a vite fait le tour des réseaux sociaux, avant que le ministère ne retire le Wakanda de sa liste - poussant certains internautes à déduire qu’il était dorénavant lui aussi frappé de tarifs douaniers.  

« Le personnel qui s’occupe du simulateur de taxes a fait des tests pour s’assurer qu’il fonctionnait correctement. Le Wakanda aurait dû être retiré de la liste après le test. Il n’est maintenant plus en ligne », a déclaré jeudi à l’AFP un porte-parole du ministère américain de l’Agriculture.

Ce porte-parole n’a pas précisé combien de temps le Wakanda était resté dans le répertoire de pays bénéficiant d’un accord de libre-échange, aux côtés par exemple de la Corée du Sud ou du Pérou.  

Dans l’univers Marvel, le Wakanda est un royaume fictif riche en matières premières. Son monarque est le super-héros Black Panther, dont l’adaptation des aventures au cinéma en 2018 ont été un énorme succès populaire.