(Halifax) Un organisme de réglementation a révoqué le permis de directrice de services funéraires d’une ancienne employée d’un salon funéraire du Cap-Breton en raison d’inconduites incluant la réutilisation de cercueils.

La Presse canadienne

Le Conseil d’enregistrement des embaumeurs et des directeurs de services funéraires de la Nouvelle-Écosse a déclaré qu’une enquête de deux jours tenue le mois dernier avait conclu que Jillian Nemis n’avait pas respecté les règles de sa profession.

Le conseil a jugé que ses actions, alors qu’elle était à l’emploi de S. W. Chant and Son Funeral Home à Sydney, en Nouvelle-Écosse, étaient frauduleuses et qu’elle a commis une faute professionnelle en réutilisant des cercueils et en occupant un poste de directrice de services funéraires pour un salon non agréé.

Le président du conseil, Adam Tipert, a déclaré dans sa décision qu’il était choqué et déçu par les choix faits par Jillian Nemis et le salon funéraire, notamment en raison de « leur position de confiance avec les familles ».

La police régionale du Cap-Breton a lancé une enquête pour fraude à l’endroit du salon funéraire plusieurs semaines après un incendie suspect dans l’établissement en février.

Service Nouvelle-Écosse a suspendu le permis qui permettait au salon funéraire de vendre des funérailles prépayées en raison de problèmes comptables, et le gouvernement a également suspendu le permis d’exploitation du salon après l’incendie.