Été comme hiver, les Montréalais sont habitués à voir une multitude de cônes oranges joncher les routes et les chantiers de la métropole québécoise. Ils sont moins habitués à apercevoir l’un de ces cônes flotter dans les airs.

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

C’est pourtant la vue qui s’offrait aux passants de la rue Des Carrières, dans l’arrondissement de Rosemont – La Petite-Patrie. Suspendu par un fil, le cône trône entre les deux cheminées de l’ancien incinérateur des Carrières depuis dimanche.  

Lundi matin, les curieux s’arrêtaient, le temps d’immortaliser l’énigmatique événement. Leurs airs perplexes laissaient deviner la question qu’ils se posaient tous : qui a bien pu grimper l’édifice pour y suspendre l’objet emblématique ?