Le maire d'une ville japonaise a présenté vendredi sa démission après la diffusion d'un enregistrement dans lequel on l'entend ordonner l'incendie d'un immeuble d'habitation pour faciliter l'agrandissement  d'une route.

AGENCE FRANCE-PRESSE

« Vous êtes idiot ? Faites en sorte qu'ils partent », a lancé Fusaho Izumi, maire d'Akashi près de Kobe dans l'ouest du Japon, à l'un de ses subordonnés qui rencontrait des difficultés pour expulser les locataires et le propriétaire de l'immeuble.

« Vous y allez et vous démarrez un incendie aujourd'hui et vous vous faites arrêter ! Brûlez-le ! Sans blague ! Allez-y et détruisez l'immeuble maintenant ! », poursuit-il dans cet enregistrement de juin 2017.

L'immeuble n'avait finalement jamais été incendié, mais, l'enregistrement, diffusé cette semaine par les médias locaux, a immédiatement fait les gros titres des médias nationaux. Il a été répété en boucle dans des émissions télévisées.

Vendredi, M. Izumi a déclaré lors d'une conférence de presse télévisée que ses actes « ne devaient pas être tolérés ».

« Après toutes ces informations de presse, la mairie a reçu de nombreux appels. Cela dérange ses activités. Si la mairie ne peut plus fonctionner sereinement, cela va causer des difficultés aux habitants », a-t-il observé, « il est clair que je n'ai manqué des qualités nécessaires à un dirigeant ».