(Madrid) Une cellule djihadiste espagnole, aujourd’hui démantelée, se finançait en fraudant sur la TVA au Danemark via des entreprises vendant du poulet, du fromage ou du chocolat, selon l’enquête d’un collectif de journalistes européens publiée mardi.

Agence France-Presse

L’argent amassé - au moins 12 millions $ CAN - grâce à cette fraude démarrée en 2005 a permis de financer l’envoi de 24 Marocains et deux Espagnols en Syrie, au Mali et en Libye pour y combattre au nom de l’État islamique, affirme le quotidien espagnol en ligne El Confidencial, membre du collectif européen Correctiv.

Six membres de ce groupe basé dans l’enclave espagnole de Melilla, dans le nord du Maroc, ont été arrêtés en 2014, a indiqué la Garde civile espagnole qui a confirmé que l’enquête judiciaire sur leurs activités était toujours en cours.

Via des contacts avec des djihadistes danois, le groupe avait tissé à partir de 2005 des liens plus ou moins étroits avec 42 entreprises notamment danoises, plaçant des membres ou des proches à leur tête au fil des années, affirme El Confidencial.

Le groupe profitait des failles dans la législation européenne pour ne pas payer la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur les produits vendus par ses entreprises, s’appuyant sur un mécanisme complexe de sociétés-écran.

Selon l’enquête du collectif Correctiv, à laquelle ont participé 42 médias européens, ce mécanisme permet à des groupes criminels de détourner chaque année 50 milliards d’euros au détriment des États membres de l’Union européenne.