Un avocat brésilien a déposé mardi «le plus grand livre du monde», selon lui, pesant 7,5 tonnes, devant le Congrès à Brasilia, pour dénoncer la pesanteur de la bureaucratie fiscale du pays.

Publié le 25 mars 2014
AGENCE FRANCE-PRESSE

Avec plus de 2 mètres de haut et 41 266 pages, le livre expose plus de quatre millions de règlements fiscaux auxquels les entreprises et les Brésiliens se heurtent chaque jour, a expliqué à l'AFP l'avocat Vinicios Leoncio.

«Mon but est d'inviter la société à une réflexion; le pays a besoin d'un nouveau modèle qui facilite la vie des entreprises et des contribuables», a souligné l'avocat affirmant qu'il s'agit du «plus grand livre du monde» dans ce domaine.

«Le Brésil est leader absolu en bureaucratie fiscale, selon une étude qui englobe 183 pays. Une entreprise brésilienne passe en moyenne 2600 heures par an à résoudre sa bureaucratie contre 180 heures en Europe. C'est pire qu'au Mozambique, en Éthiopie ou au Sierra Leone: au Brésil on crée 35 règles fiscales par jour», a précisé l'avocat.

Le livre intitulé Patrie aimée sera déposé à l'aide d'un camion aux portes du parlement et reçu par un groupe de parlementaires qui militent pour la «débureaucratisation» alors que des projets de réforme fiscale dorment depuis des décennies dans un tiroir.

«Ou le Brésil met fin à sa bureaucratie, ou alors la bureaucratie mettra fin au Brésil», a résumé Valdir Collatto qui dirige le groupe de 200 parlementaires qui luttent pour débureaucratiser le pays.