Un whisky taïwanais a contre toute attente battu trois whiskies écossais lors d'une dégustation à l'aveugle organisée à Édimbourg, capitale régionale de l'Écosse, a rapporté le Times lundi.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Le whisky Kavalan, distillé à Taïwan, est arrivé en tête face à trois écossais et à un nouveau whisky anglais, après une dégustation organisée à l'occasion des festivités de Burns Night dans une auberge de Leith, un quartier du nord d'Édimbourg, a précisé le quotidien britannique.

Après l'annonce des résultats, l'expert en whisky et auteur d'ouvrages spécialisés Charles MacLean s'est exclamé: «Oh. My. God!»

Le quotidien explique avoir organisé une dégustation dans l'espoir de «piéger» les experts, pour voir s'ils seraient capables de distinguer un nouveau whisky anglais, le «St George's», lancé en novembre dernier, des breuvages traditionnels écossais.

Mais à leur grande surprise c'est le malt distillé à Taïwan qui est arrivé en tête de la dégustation.

Charles MacLean, qui présidait le jury, a décelé des notes de «fruits exotiques, de confiture de fruits exotiques» dans le breuvage asiatique qui a remporté 27,5 points sur un total de 40.

Le whisky écossais Langs, de trois ans d'âge, a récolté 22 points, suivi par le King Robert, 20 points, et le malt anglais de trois ans d'âge, 15,5 points.

C'est le whisky écossais Bruichladdich X4+3, produit à l'issue de quatre distillations, qui est arrivé dernier avec seulement 4,5 points. Pour M. MacLean, il ressemble «non pas à de l'huile de friture, ou à du gazole, mais à de l'huile de machine à coudre».

«Les asiatiques sont non seulement parmi les consommateurs de Scotch les plus distingués mais ont aussi commencé à distiller eux-mêmes des malts qui font concurrence aux meilleures distilleries écossaises», relève le Times.

La Burns Night, d'après le poète écossais du 18e siècle Robert «Rabbie» Burns est avec Saint Andrew qui célèbre le saint patron de l'Écosse, l'occasion de réjouissances arrosées de whisky pour les Écossais du monde entier.