Pour faire entrer clandestinement en prison des téléphones portables, des détenus brésiliens et leurs complices ont eu recours à un nouveau subterfuge: un modèle réduit d'hélicoptère radiocommandé, a indiqué lundi la police.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Il y a deux mois, des gardiens avaient déjà intercepté deux pigeons voyageurs qui apportaient des portables à des détenus de la prison de Sorocaba, à une centaine de kilomètres de Sao Paulo.

Cette fois, quatre personnes arrêtées dimanche aux abords de la prison de haute sécurité de Presidente Veceslau (à 600 km de Sao Paulo) étaient en possession d'un modèle réduit d'hélicoptère et de 14 portables et chargeurs qu'ils devaient faire entrer dans ce pénitencier qui abrite certains des membres les plus dangereux du crime organisé de Sao Paulo.

Le matériel ainsi que mille reais (près de 500 dollars) étaient fixés à la base de l'hélicoptère dans une sorte de panier.

La bande a avoué avoir reçu 10 000 reais (près de 5000 dollars) pour acheter l'hélicoptère et les portables et devait recevoir la même quantité une fois la commande arrivée à bon port.

Les organisations criminelles comme le «Comando Vermelho» (commando rouge) à Rio de Janeiro ou le «Premier Commando de la Capitale» (PCC) à Sao Paulo, très implantées dans les établissements pénitentiaires, disposent d'un réseau de soutien organisé à l'extérieur.

Les soutiens peuvent être des complices qui tentent d'envoyer de la drogue, des armes et des portables aux détenus, ou des avocats et des gardiens de prison corrompus, selon la police.