Une ville du centre de l'Angleterre a recours à un nouveau stratagème pour dissuader les rassemblements bruyants d'adolescents: un éclairage public rose qui fait ressortir... l'acné juvénile.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Une association d'habitants de Mansfield a installé en plusieurs endroits publics, notamment un passage souterrain, des lampes normalement utilisées par les dermatologues pour mettre en relief les boutons et autres imperfections de la peau, a rapporté un journal de la ville.

L'association assure que ce dispositif est dissuasif, d'autant que pour certains adolescents, se rassembler sous une lumière rose vif est tout sauf «cool» et ne flatte pas leur virilité bourgeonnante.

«Nous étions confrontés à un vrai problème avec ces groupes de jeunes qui traînaient et buvaient dans les souterrains, ce qui pouvait être intimidant, mais les lumières roses ont fait une vraie différence», a commenté Marianne Down, de l'Association des habitants de Layton Burrough, au journal local Chad.

«Il y a moins de rassemblements et on se sent plus en sécurité quand on passe par là, surtout la nuit», a-t-elle ajouté.

Les habitants de Mansfield envisagent d'ailleurs d'installer des lampes roses dans d'autres quartiers de la ville.

«J'approuve totalement et ça semble être une bonne idée», a estimé un conseiller municipal, David Brown. «Il sera intéressant de voir si c'est efficace. C'est effectivement embarrassant (pour les jeunes) mais ils pourraient aussi tourner ça en dérision et se pointer avec des cagoules».

En matière de dissuasion anti-adolescents, la Grande-Bretagne multiplie les innovations.

Le Mosquito, émetteur d'ultrasons audibles uniquement par les jeunes, a déjà été installé dans plusieurs villes du pays. Cette invention britannique controversée s'est déjà vendue à plusieurs milliers d'exemplaires en Europe et en Amérique du Nord.