Les premiers essais dynamiques seront lancés ce lundi sur l’antenne Deux-Montagnes, entre le centre d’entretien de Saint-Eustache et la station Sainte-Dorothée, à Laval, la construction étant maintenant « pratiquement complétée » dans ce secteur.

C’est ce qu’a annoncé vendredi CDPQ Infra, la filiale de la Caisse de dépôt qui gère le train léger, dans un avis rendu public sur son site web. Les voitures seront donc en circulation dans des « conditions réelles » de service, incluant la fréquence et la vitesse, sur ce segment de plus de 6 kilomètres.

Plusieurs composantes du réseau seront ainsi testées, « des voitures aux stations, en passant par les systèmes de signalisation, de communication et les portes palières », a indiqué l’organisation, qui parle d’une « étape importante vers la mise en service » des branches ouest et nord du REM.

En avril, la Caisse avait annoncé que les deux antennes Deux-Montagnes et Anse-à-l’Orme, qui devaient être livrées fin 2024, seraient reportées à 2025 en raison des travaux en cours dans le tunnel Mont-Royal, où la découverte des explosifs centenaires en 2020 a retardé les travaux.

Il s’agissait alors d’une nouvelle tuile sur l’ambitieux projet, après une mise en service en dents de scie du tronçon reliant Brossard à la gare Centrale de Montréal, qui a subi plusieurs interruptions de service depuis le mois de juillet dernier.

Pour le moment, ces essais dynamiques n’auront lieu qu’entre le centre d’entretien Saint-Eustache et la station Sainte-Dorothée, mais ils seront ensuite « déployés progressivement par segment » dans d’autres secteurs. Le choix de débuter les essais au nord n’a pas été laissé au hasard ; l’objectif est qu’au moins de premiers essais dynamiques progressent pendant que les travaux dans le tunnel Mont-Royal s’exécutent.

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

La future station de Deux-Montagnes, en février

« Lorsque les essais dynamiques auront suffisamment progressé, nous serons en mesure de donner une vue plus claire de leurs durées. La date de mise en service complète du réseau se précisera également en fonction de l’avancement des essais dynamiques », a ajouté CDPQ Infra dans un communiqué.

Alors, à quand l’ouverture ? Questionné à plusieurs reprises, le PDG de la Caisse de dépôt et placement, Charles Emond, se limite pour le moment à parler d’une mise en service « en 2025 ». Selon nos informations, la mise en service n’est pas non plus prévue pour les premiers mois de 2025. Il faut donc s’attendre à un retard d’au moins plusieurs mois, voire près d’un an.

Quant au tracé devant relier l’aéroport au centre-ville, la livraison est toujours prévue en 2027 seulement, des travaux de construction de la station devant d’abord avoir lieu jusqu’en 2026. Aucun détail supplémentaire n’a encore été donné à ce sujet.

En savoir plus
  • 26 millions
    Selon un document de l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) révélé par La Presse au mois d’avril dernier, le REM présente pour le moment un déficit global de quelque 22 millions, avec des revenus totaux d’environ 57 millions et un coût global de 79,2 millions.
    ARTM