Armez-vous de patience : si la fin de la fermeture de trois voies sur six du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine est désormais prévue à l’automne 2026, des entraves risquent de se poursuivre jusqu’en 2027 dans cette infrastructure névralgique reliant Montréal à la Rive-Sud.

C’est ce qu’a confirmé vendredi le ministère des Transports et de la Mobilité durable (MTMD), en réaction aux révélations de La Presse, plus tôt dans la journée. Tel que nous l’avons rapporté, le gouvernement ne sera pas en mesure de faire passer les travaux dans le deuxième tube cet été, comme cela était prévu.

Le tout devra attendre au printemps 2025. L’ensemble du chantier, comprenant les deux tubes, doit quant à lui être repoussé de presque un an. La levée des entraves routières, autrement dit la fermeture de trois voies sur six, n’aura pas lieu avant l’automne 2026, alors que cela était promis en novembre 2025.

Dans un communiqué de presse, le MTMD précise toutefois que « des travaux de parachèvement nécessitant des fermetures partielles » seront « ensuite réalisés jusqu’en 2027 ». « La réfection des dalles de l’autoroute 25 et de l’échangeur Souligny respecte quant à elle les délais et devrait ainsi prendre fin à l’automne 2025 », ajoute le ministère.

Ce dernier cite plusieurs facteurs pour justifier ces reports, la plupart ayant déjà été révélés dans nos pages, dont des tours de ventilation « plus abîmées que ce qui était anticipé ». « Le revêtement doit être totalement refait, ce qui inclut notamment la conception, la fabrication et l’installation de 128 panneaux mobiles et de 32 pièces composant les abat-vent », peut-on lire.

Plusieurs travaux devront aussi être faits sur les structures des tours, et tout « doit être terminé pour effectuer le transfert de la circulation dans l’autre tube, la ventilation devant être opérationnelle pour des raisons de sécurité », persiste le gouvernement.

Impacts majeurs

Dans le tube en direction sud, « le retard d’exécution découlerait plus précisément « du bris d’un équipement servant à bétonner la voûte du tunnel, qui a nécessité l’ajustement de tous les outils coffrants de façon préventive ». La rareté de la main-d’œuvre et les moisissures découvertes dans un corridor de service, il y a quelques mois, s’ajoutent comme mentionné à tous ces facteurs.

Québec se dit « conscient que la durée prolongée des entraves aura des répercussions importantes sur les citoyens, les usagers de la route et les entreprises de la région métropolitaine ». « Les travaux sont toutefois essentiels pour préserver ce lien de transport névralgique », offre-t-on en guise de justification.

Pour le reste, les mesures d’atténuation en transport collectif – à savoir principalement les navettes spéciales mises sur pied – seront maintenues pendant toute la durée des entraves majeures. De novembre 2022 à avril 2024, on a compté 1,05 million de déplacements à bord de ces navettes.

En date de mai 2024, un peu plus de 61 000 véhicules circulaient dans le tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine sur une base quotidienne. C’est moitié moins par rapport à juillet 2020, avant le début de la réfection majeure, époque à laquelle quelque 120 000 voitures l’empruntaient.