Craignant de plus en plus pour leur sécurité, les Montréalais composent davantage le 911 qu’avant. Le SPVM a reçu près de 1,6 million d’appels à sa centrale en 2023, en hausse d’environ 10 % par rapport à l’année précédente. Un bond qui reflète l’augmentation générale de la criminalité dans la métropole.

Ce qu’il faut savoir

Le SPVM est plus sollicité qu’avant ; l’an dernier, 1,6 million d’appels ont été passés au 911.

Son chef, Fady Dagher, veut rapprocher les services policiers de la population pour y remédier.

Plusieurs crimes sont en augmentation, mais la violence armée semble en baisse.

Des crimes en hausse

C’est ce que révèle le rapport annuel du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) rendu public lundi. Avec plus de 112 630 infractions en 2023, une hausse de plus de 11 % par rapport à 2022, la criminalité est plus que jamais un enjeu. Les crimes contre la personne (31 000) et les crimes contre la propriété (62 400) pèsent lourd dans la balance, avec des bonds respectifs de 13 % et 11 %. Si les 31 homicides marquent une baisse de 26 %, les 110 tentatives de meurtre, les 3110 vols qualifiés et les 17 930 voies de fait sont tous en hausse. À elles seules, les voies de fait représentent 58 % des crimes contre la personne à Montréal.

Un nombre d’appels élevé

Globalement, le SPVM a traité plus de 1,6 million d’appels à sa centrale en 2023, un chiffre qui est en hausse de 10 % par rapport à l’année précédente. Du nombre, plus de 403 000 appels, soit environ le quart, nécessitaient une intervention policière. Lundi, un sondage Léger réalisé pour la Fraternité des policiers et policières de Montréal (FPPM) obtenu par le Journal de Montréal révélait que 65 % des Montréalais sont d’avis que la métropole est moins sécuritaire qu’il y a cinq ans. Dans le métro seulement, cette proportion est de 59 %. Tout près de 7 résidants sur 10 (67 %) affirment par ailleurs ne pas se sentir en sécurité dans certains secteurs de la ville.

Des comptoirs mobiles

Pour renforcer le sentiment de sécurité, le SPVM compte lancer d’ici 2026 un projet de comptoirs mobiles dans les lieux publics. Une plateforme de « policiers virtuels », offrant une plus grande accessibilité dans un contexte non urgent, est aussi prévue. Combler ce sentiment d’insécurité sera « extrêmement difficile », a convenu le chef du SPVM, Fady Dagher, lundi, en disant vouloir miser sur une « communication transparente, connectée au terrain ». Il soutient qu’en général, « 70 à 75 % des visites dans un poste de quartier » pourraient se régler par téléphone. « On se demande comment rendre un policier de poste de quartier plus mobile, donc dans un parc, devant une résidence pour aînés, dans le métro, devant un centre d’achat. Les citoyens auraient l’impression qu’il y a plus de policiers, même si ce n’est pas le cas. On serait présents différemment », a ajouté M. Dagher.

Des incendies, des vols

Le rapport recense par ailleurs 538 incendies criminels, le plus marquant étant sans contredit celui du Vieux-Montréal ayant fait sept morts et neuf blessés en mars 2023. C’est une hausse de 34 % par rapport à 2022. Sans surprise, les vols de véhicule poursuivent aussi leur forte augmentation, plus de 11 750 de ces délits ayant été commis l’année dernière, contre à peine 9580 l’année précédente. La conduite dangereuse d’un véhicule, qui est quant à elle en hausse de 140 % sur une année, y serait fortement liée. Les introductions par effraction, les vols simples, les fraudes ou encore les méfaits suivent également une tendance croissante.

Moins de violence armée

Comme le révélait La Presse dès le mois de février, la lutte accrue contre les armes à feu et la violence armée porte cependant ses fruits. Le premier constat est frappant : neuf homicides ont été enregistrés en 2023, contre 18 en 2022. Le principe est le même pour les tentatives de meurtre impliquant une arme à feu, passées de 44 à 36 l’an dernier, ou encore les décharges d’une arme à feu, repassées sous la barre des 100 en 2023, contre près de 130 il y a deux ans. Le nombre d’armes saisies par les forces de l’ordre, lui, demeure stable à tout près de 1100 l’an dernier.

Encore et toujours, des embauches

À ce jour, le SPVM a toujours 432 postes vacants, soit 324 parmi les policiers et 108 en effectifs civils. Il s’agit d’une amélioration considérable par rapport à 2022. Le nombre de policiers dans les rues continue aussi d’augmenter. Alors qu’on en comptait 4282 en 2022, ils sont présentement 4421. Les départs volontaires à la retraite, eux, sont stables, autour de 62, contre 72 l’année d’avant. « On a embauché un total de 312 policiers en 2023 et 50 réservistes, donc des policiers retraités. Ça donne un bilan policier de 91 personnes supplémentaires au niveau de nos effectifs. Pour nous, c’est un succès », a dit le directeur adjoint du SPVM, Vincent Richer.

En savoir plus
  • 67 %
    L’an dernier, plus de 350 crimes haineux ont été enregistrés par le SPVM, une hausse de 67 % en un an. Plus largement, le nombre d’incidents haineux est passé de 72 à plus de 170, un bond de presque 138 %. es cibles les plus fréquentes de ces crimes demeurent les personnes immigrantes, les minorités religieuses et ethniques et les personnes LGBTQ+.
    SERVICE DE POLICE DE LA VILLE DE MONTRÉAL