Le Théâtre du Nouveau Monde (TNM) « se relèvera » de l’incendie qui a endommagé certaines structures de l’établissement emblématique, a promis vendredi la mairesse de Montréal Valérie Plante.

Publié le 19 août
Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

« Nous sommes solidaires avec [la directrice générale du théâtre] Lorraine Pintal. L’incendie dans le TNM a endommagé certaines structures, mais le théâtre se relèvera. C’est un établissement culturel important que nous aimons beaucoup. Il sera en mesure de poursuivre sa mission », a en effet assuré Mme Plante, dans un tweet publié dès le début de la journée.

Tôt jeudi matin, une épaisse fumée noire a commencé à s’échapper du bâtiment du TNM, à l’angle des rues Sainte-Catherine et Saint-Urbain. Le Service de sécurité incendie de Montréal (SIM) s’y est rendu dès 7 h, causant une onde de choc dans la métropole. Heureusement, l’incendie a pu être rapidement maîtrisé et toutes les personnes sur place ont été évacuées.

L’intérieur du théâtre ne semble pas avoir été touché. Le feu, qui s’est déclaré dans la partie arrière du bâtiment où des travaux d’agrandissement sont en cours, n’a pas pu se propager au reste de l’édifice. Ces travaux d’agrandissement ont été lancés à l’été 2021, et doivent s’achever en novembre 2023.

A priori, l’incendie ne devrait pas causer de retards dans l’agrandissement, un vaste projet pour lequel la Ville de Montréal a offert un million de dollars. Les dommages seront payés par les assurances du chargé de projet, le gestionnaire en construction LEM.

La pire heure de sa vie

En entrevue avec La Presse jeudi, la directrice Lorraine Pintal avait confié avoir vécu « la pire heure de [sa] vie » jeudi matin, en se rendant sur place. Depuis jeudi, des équipes de nettoyage « armées jusqu’aux dents » sont à l’œuvre, les costumes et les perruques étant partis chez le nettoyeur, et les zones stratégiques étant en train d’être asséchées.

« Tout est sous contrôle. La grande question, c’est dans quel état sont nos amplis et nos transformateurs. Mais même si c’est endommagé, ce n’est pas irrémédiable, et ça se loue aussi si nécessaire. Je ne crois pas que ça handicapera les représentations de la semaine prochaine », a-t-elle dit.

Le théâtre a tout de même préféré reporter les trois premières représentations des Sept branches de la rivière Ōta de Robert Lepage, soit celles de ce vendredi, de samedi et de dimanche. Les cinq autres, qui sont prévues les 26, 27 et 28 août ainsi que les 3 et 4 septembre, sont maintenues.

Quand l’incendie s’est déclaré, une équipe de soudeurs travaillait sur le deuxième niveau du débarcadère, a aussi précisé Lorraine Pintal. « Des flammèches sont tombées dans la zone des amplis, qui étaient protégés par de la laine minérale. C’est la laine minérale qui a pris feu et ç’a été très vite », a-t-elle dit.

Avec Josée Lapointe, La Presse