Le traditionnel Grand Splash s’est tenu vendredi dans le Vieux-Port de Montréal. Environ 100 personnes y ont participé, avec l’objectif de démocratiser l’accès à l’eau, au moment où l’avenir d’un bain portuaire dans le bassin Jacques-Cartier demeure nébuleux.

Mis à jour le 1er juillet
Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

La Fondation Rivières, qui organise l’évènement annuellement depuis plus de 15 ans dans plusieurs villes de la province, indique d’emblée qu’à Montréal, l’objectif est de « sauter à l’eau afin de réclamer un accès public et sécuritaire à la baignade dans le Vieux-Port, particulièrement au Quai Jacques-Cartier ».

Quelques personnalités publiques et politiques étaient sur place pour cette 16édition, vendredi, dont le chanteur et fondateur du groupe Clay and Friends, Mike Clay, la conseillère associée à la mairesse, Alia Hassan-Cournol, et l’ancien porte-parole de Québec solidaire, Amir Khadir.

  • Le chanteur et fondateur du groupe Clay and Friends, Mike Clay, était présent.

    PHOTO PHILIPPE BOIVIN, LA PRESSE

    Le chanteur et fondateur du groupe Clay and Friends, Mike Clay, était présent.

  • Le traditionnel Grand Splash s’est tenu vendredi dans le Vieux-Port de Montréal.

    PHOTO PHILIPPE BOIVIN, LA PRESSE

    Le traditionnel Grand Splash s’est tenu vendredi dans le Vieux-Port de Montréal.

  • Environ 150 personnes y ont participé, avec l’objectif de démocratiser l’accès à l’eau.

    PHOTO PHILIPPE BOIVIN, LA PRESSE

    Environ 150 personnes y ont participé, avec l’objectif de démocratiser l’accès à l’eau.

1/3
  •  
  •  
  •  

Rappelons que l’idée d’installer un bain portuaire dans le secteur ne date pas d’hier. C’est la 16édition du Grand Splash à cet endroit. Par le passé, la mobilisation s’est souvent transportée sur la scène politique.

André Bélanger, directeur général de la Fondation Rivières, réclame un changement de mentalités depuis plusieurs années maintenant, faisant valoir que la qualité de l’eau est au rendez-vous. « Pour ce qui est de la sécurité, ils ont fait valoir cet argument-là pendant 18 ans à Québec, alors il y a des solutions », fait-il valoir.

La Ville de Québec a en effet inauguré vendredi une zone de baignade dans son port. Le Port de Québec avait annoncé fin mai la création du projet Oasis, un lieu qui va s’articuler autour de la baignade au pied du Vieux-Québec. L’espace aménagé à même le bassin Louise existant va proposer plusieurs couloirs de longueur olympique (50 m), ainsi qu’une zone pour la baignade libre.

« Ça se peut », mais…

En 2017, le parti de Valérie Plante, Projet Montréal, avait promis d’installer un bain portuaire au Vieux-Port de Montréal. En 2020, la Ville a toutefois dû abandonner le projet, dans la foulée de la publication de nouvelles études, selon lesquelles il serait trop difficile d’aménager un bain portuaire, vu les activités du port et le courant dans le secteur. La qualité de l’eau, jugée « bonne », ne serait toutefois pas en cause.

« Oui, ça se peut un bain portuaire dans le centre-ville », affirme Alia Hassan-Cournol. « Le seul enjeu qu’on a en ce moment, […] c’est que les études qu’on fait à la Ville nous prouvent que la sécurité est vraiment questionnable à cet endroit-ci, pour deux raisons : il y a des courants forts, et il y a quand même beaucoup d’activité portuaire et des bateaux qui passent », nuance-t-elle.

La conseillère espère toutefois pouvoir trouver une solution prochainement. « Est-ce que c’est ici précisément, ou à un autre endroit au centre-ville ? On est en train de continuer à faire des études. On ne veut pas attendre encore une dizaine d’années pour l’accès à la baignade. On n’en est plus là », dit-elle.

« C’est aussi un enjeu de justice climatique », rappelle André Bélanger, dont le groupe a récemment demandé une rencontre avec la Société du Vieux-Port de Montréal, pour faire le point. « On veut se présenter là avec Tourisme Montréal, avec la Chambre de commerce, et d’autres, pour essayer de montrer qu’il y a un appétit et une volonté commune, surtout dans le contexte de la relance du centre-ville », conclut-il, en disant aussi espérer une multiplication des espaces de baignade, partout sur l’île.

Si elle émet plusieurs réserves, la Société du Vieux-Port de Montréal – dont le gestionnaire principal est la Société immobilière du Canada – s’était néanmoins dite « ouverte », l’an dernier, à l’aménagement d’un bain portuaire sur ses terrains. Le groupe avait alors expliqué être à collaborer avec la Ville sur une « alternative » au quai de l’Horloge, une option maintes fois écartée étant donné les enjeux de sécurité, notamment la force du courant et les risques liés à la navigation.