Les baigneurs pourront profiter dès le 21 juin des nouvelles installations du Complexe aquatique de Rosemont, à Montréal.

Publié le 21 juin
Iris Gagnon-Paradis
Iris Gagnon-Paradis La Presse

Caroline Bourgeois, responsable des grands parcs, du Mont-Royal, des sports et des loisirs, d’Espace pour la vie, du parc Jean-Drapeau et de l’Est de Montréal au comité exécutif, et François Limoges, maire de l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie, lanceront officiellement ce mardi les activités de ce nouveau complexe aquatique fort attendu.

Depuis la fermeture de la piscine Rosemont en 2019, puis de celle de Père-Marquette l’an dernier, le bassin Saint-Denis était la seule piscine intérieure de l’arrondissement.

La construction du Complexe aquatique de Rosemont a été entamée fin 2019. Le bâtiment neuf de trois étages, un investissement de 39,3 millions de dollars, a été érigé sur le terrain vacant adjacent à l’ancienne piscine Rosemont, entre la 8e et 9e Avenue, près de la rue Bellechasse.

Prévue en 2020, puis à l’automne 2021, la livraison du projet a été retardée en raison de la reprise du contrat d’appel d’offres, qui avait été jugé non conforme par le Bureau de l’inspecteur général, puis par la pandémie et d’autres facteurs qui sont actuellement à l’étude, selon les informations données par l’arrondissement à La Presse.

Un complexe pour tous

  • Le Complexe aquatique compte deux bassins.

    PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

    Le Complexe aquatique compte deux bassins.

  • Des fauteuils roulants adaptés à la nage sont offerts aux personnes à mobilité réduite.

    PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

    Des fauteuils roulants adaptés à la nage sont offerts aux personnes à mobilité réduite.

  • Le vestiaire universel compte une vingtaine de cabines privées.

    PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

    Le vestiaire universel compte une vingtaine de cabines privées.

  • L’entrée du vestiaire universel avec du rangement pour les chaussures.

    PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

    L’entrée du vestiaire universel avec du rangement pour les chaussures.

  • Le petit bassin est doté d’une plage progressive.

    PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

    Le petit bassin est doté d’une plage progressive.

1/5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Complexe aquatique compte 11 couloirs de 25 mètres de longueur répartis dans 2 bassins — un grand bassin permettant d’accueillir des compétitions régionales et un petit bassin d’acclimatation. Sa capacité d’accueil est de 400 personnes.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Vincent Beauchemin-Michon, superviseur des installations de sports et loisirs pour l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie

« Les deux bassins nous permettent d’être plus autonomes, et d’offrir une plus grande programmation du côté des activités libres et des cours de natation », détaille Vincent Beauchemin-Michon, superviseur des installations de sports et loisirs pour l’arrondissement.

Malgré les difficultés de recrutement pour pourvoir les postes de surveillants-sauveteurs, le Complexe sera en mesure d’offrir environ 75 heures de bain libre par semaine.

L’endroit, très lumineux, est doté d’un vestiaire universel comptant 20 cabines, dont plusieurs avec douches, et 400 casiers. La nudité y est interdite. Des gradins, des espaces de détente et deux salles multifonctionnelles se trouvent au deuxième étage.

Les besoins de la clientèle à mobilité réduite ont été pris en compte. En plus de cabines et casiers adaptés, le bassin principal offre une rampe d’accès, et une plage progressive se trouve du côté du petit bassin. Des fauteuils roulants spécialement conçus pour aller dans l’eau sont également offerts sur place.

Manque de moniteurs

L’arrondissement a donné au Club de natation R2P le mandat de créer l’ensemble des activités aquatiques de loisirs. Ce dernier utilisera aussi les installations pour son volet compétitif de natation et de nage synchronisée. Pour le plongeon, il faudra attendre la réouverture de la piscine Père-Marquette, prévue à l’automne 2022.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Émilie Texier, directrice du Club de natation R2P

Cependant, le Club ne sera pas en mesure d’offrir dès maintenant ses cours du volet récréatif, déplore sa directrice, Émilie Texier. « Il y a un réel besoin à Rosemont, mais on doit composer avec une grave pénurie de main-d’œuvre. J’ai espoir de pouvoir offrir quelques cours cet été, mais rien n’est assuré. L’automne, c’est notre gros défi. En deux ans, dans l’arrondissement, il n’y a pas eu de cours de natation pour les enfants. Moi, ça me préoccupe beaucoup. »

À terme, le Club offrira des cours de natation — des tout-petits aux aînés — ou par exemple des classes d’aquaforme ou de spinning dans l’eau, grâce à l’achat par l’arrondissement de vélos Hydrorider.

Maison de la culture : toujours en discussion

Le Centre Rosemont devrait réunir la bibliothèque existante, le nouveau complexe aquatique et une maison de la culture dans l’ancienne piscine Rosemont. Les trois bâtiments communiqueront entre eux par un hall d’entrée commun. Les importants travaux nécessaires à la réalisation de la maison de la culture n’ont pas commencé. L’arrondissement dit être en discussion avec les différents ordres de gouvernement à ce sujet.

  • Les motifs en chevrons rappellent les fenêtres de la bibliothèque.

    PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

    Les motifs en chevrons rappellent les fenêtres de la bibliothèque.

  • Le mur en briques de verre de la salle multifonctionnelle

    PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

    Le mur en briques de verre de la salle multifonctionnelle

1/2
  •  
  •  

L’arrondissement vise une certification LEED Or pour ce projet, grâce notamment à une chambre de géothermie alimentée par des puits installés près du boulevard Rosemont et à un système de ventilation facilitant l’élimination des particules de chlore dans l’air. C’est le cabinet Poirier Fontaine Architectes qui signe la conception du nouveau complexe.

Conçu par l’architecte Jean-Julien Perreault et inauguré en 1951, le Centre civique Rosemont, premier du genre à Montréal — rassemblant la bibliothèque, l’ancienne piscine et un centre municipal d’hygiène — offrait dans sa composition des éléments Art déco.

Afin de garder ce patrimoine vivant, le nouveau complexe a été construit avec la même brique extérieure. Certains détails architecturaux ont été revisités et intégrés à son design, comme le motif en chevrons des brise-soleil qui évoque celui des fenêtres de la bibliothèque ou encore le mur de briques de verre dans la grande salle multifonctionnelle, rappelant celui qui se retrouvait à la piscine.