Trois nouvelles voies réservées aux autobus verront bientôt le jour à Montréal, sur la rue Jarry Est, le boulevard Ray-Lawson et le chemin Queen-Mary. La voie réservée se trouvant sur la rue de la Commune, entre McGill et Mill, devra toutefois être retirée en raison de « modifications » aux parcours des lignes locales.

Publié le 6 mai
Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

C’est ce qu’a annoncé la Ville de Montréal, vendredi, en vertu d’un règlement édicté par le comité exécutif plus tôt cette semaine, à huis clos.

Au total, les trois nouvelles voies feront 16,25 km supplémentaires, ce qui permettra de surpasser la barre des 300 km de voies réservées à Montréal. Les autorités estiment qu’environ 25 000 déplacements par jour pourront s’effectuer sur ces nouvelles voies.

Montréal précise par ailleurs que la voie réservée située sur le boulevard Henri-Bourassa Ouest, dans Saint-Laurent, sera quant à elle « prolongée ». C’est sur cet axe routier que le parti de la mairesse Valérie Plante a promis en campagne électorale d’implanter dans un prochain mandat un « Métrobus », afin de diminuer la congestion sur cet axe très achalandé du nord de l’île. Des études techniques ont été lancées, mais les premières estimations pointent vers un coût de 60 millions.

Sur la rue Sherbrooke Est, dans Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, la voie réservée déjà en place sera par ailleurs « optimisée », avec l’ajout d’une voie de dépassement à l’intersection du boulevard de la Rousselière.

Dans le centre-ville, enfin, la voie réservée installée sur la rue de la Commune, entre les rues McGill et Mill, sera « retirée à la suite de modifications aux parcours de lignes d’autobus dans ce secteur », lit-on dans l’avis de la Ville. Ce dernier autorise aussi la circulation des cyclistes sur 13 tronçons de voies réservées qui étaient jusqu’ici exclusivement réservés aux bus et aux taxis.

« Les mesures préférentielles pour bus, dont les voies réservées, ont fait leurs preuves. Elles permettent d’améliorer la performance du service et son attractivité », a indiqué vendredi le président du conseil d’administration de la Société de transport de Montréal (STM), Éric Alan Caldwell.