La mairesse de Montréal pourrait utiliser un éventuel comité mixte de gouvernance du REM de l’Est pour s’assurer que la ligne de transport n’inclue pas de filage disgracieux au-dessus des rails, a-t-elle dit mardi.

Publié le 15 février
Philippe Teisceira-Lessard
Philippe Teisceira-Lessard La Presse

Valérie Plante illustrait ainsi l’importance pour la Ville de Montréal d’avoir voix au chapitre dans l’élaboration du projet, contrairement à ce qui prévaut en ce moment.

« On a besoin d’être assis autour de la table de décision. Par exemple, le premier ministre Legault dit qu’on est capables de faire un REM sans caténaires [le filage au-dessus des rails] », a-t-elle dit mardi, en marge d’une conférence de presse.

« Si je suis à la table décisionnelle et qu’on me dit que pour le REM de Montréal, on doit avoir des caténaires, mais le REM de la Rive-Sud [on n’en a pas besoin], c’est sûr que je vais poser des questions, a-t-elle ajouté. Je vais dire : ben voyons donc. »

L’installation des caténaires sur la ligne du REM de l’Ouest, à l’approche du pont Samuel-De Champlain, a surpris plusieurs observateurs l’automne dernier. Mme Plante dit avoir noté les commentaires du public à cet effet.

Lundi, en conférence de presse à Longueuil, le premier ministre Legault a laissé entendre que les caténaires n’étaient pas indispensables dans un projet de REM sur la Rive-Sud de Montréal.

« Il y a des solutions aussi pour ce qui est du filage, a-t-il affirmé, selon Le Devoir. Je ne veux pas devancer une présentation de la Caisse de dépôt qui, on l’espère, viendra bientôt, mais pour moi, le REM de la Rive-Sud, il va être très beau et très bien intégré à l’architecture des différents endroits où ça va passer. »