Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a proposé à l’administration Plante de fermer quatre postes de quartier en 2020, croit savoir l’opposition officielle à l’hôtel de ville.

Mis à jour le 24 janvier
Philippe Teisceira-Lessard
Philippe Teisceira-Lessard La Presse

Les élus d’Ensemble Montréal ont affirmé lundi, en conseil municipal, avoir obtenu des informations selon lesquelles le chef de police Sylvain Caron avait proposé un plan de fusions au comité exécutif de la Ville de Montréal le 11 mars 2020.

Selon les allégations de l’opposition, le SPVM aurait proposé la fusion des postes suivants :

  • Pierrefonds (PDQ 3) et Dollard-des-Ormeaux (PDQ 4) ;
  • Cartierville (PDQ 10) et Ahuntsic (PDQ 27) ;
  • Saint-Léonard (PDQ 42) et Anjou (PDQ 46) ;
  • Rivière-des-Prairies (PDQ 45) et Pointe-aux-Trembles (PDQ 49).

Lundi, trois élus d’Ensemble Montréal ont vivement reproché à l’administration Plante son manque de transparence dans ce dossier. « Comment les citoyens de cette ville peuvent-ils faire confiance à l’administration actuelle ? », a fait valoir Abdelhaq Sari, porte-parole d’Ensemble Montréal en matière de sécurité publique.

Son chef, Aref Salem, a directement questionné la mairesse Plante sur la possibilité que le SPVM ait proposé des fusions de postes. La mairesse n’a pas confirmé ou infirmé ces informations.

« Le moratoire est toujours en vigueur »

Dans une déclaration, son cabinet a confirmé que « le SPVM a présenté au comité exécutif un projet comprenant des hypothèses d’intégration de postes de quartier, qui n’a jamais été entériné par la Ville de Montréal ».

L’équipe de Mme Plante a souligné qu’un moratoire sur la fermeture de postes de quartier avait été voté par le conseil municipal fin 2020. « Notre position est claire, le moratoire est toujours en vigueur, et aucune fermeture de poste de quartier n’est envisagée », poursuit la déclaration. « Si le SPVM dépose un plan complet, il sera dûment analysé et soumis à la population. »

« Il n’y aura pas d’intégrations sans consultations », a dit Alain Vaillancourt, responsable de la sécurité publique au comité exécutif de la Ville, au conseil municipal.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Alain Vaillancourt, responsable de la sécurité publique au comité exécutif de la Ville de Montréal

On souhaite avoir une police de proximité qui est toujours plus efficace pour assurer la sécurité des Montréalais et des Montréalaises.

Alain Vaillancourt, responsable de la sécurité publique

Début janvier, le chef de police Caron a créé la surprise en évoquant publiquement sa volonté de mettre une croix sur le modèle de police de quartier qui prévaut à Montréal depuis 25 ans.

Depuis, l’administration Plante est mitraillée de questions sur ce projet. Elle répète ne pas encore avoir reçu de « proposition formelle » de réforme.

Le SPVM n’avait pas fait parvenir de commentaire à La Presse au moment de publier.

Report de taxes refusé

Par ailleurs, l’opposition à l’hôtel de ville a tenté lundi de repousser les échéances de paiement des taxes municipales pour 2022, étant donné l’impact économique de la COVID-19.

Ensemble Montréal voulait que les Montréalais puissent attendre au 1er juin avant de faire un premier versement sur leurs taxes (plutôt qu’au 1er mars), puis au 1er septembre pour faire le second (plutôt qu’au 1er juin).

« Nous sommes dans une situation équivalente à celle d’il y a un an à pareille date. Il est normal que nous ayons une réponse équivalente pour soutenir les Montréalais », a dit Alan DeSousa, porte-parole d’Ensemble Montréal en matière de finance.

Le report de versements de taxes leur permettra d’avoir une bouffée d’air dans la planification de leur budget.

Alan DeSousa, porte-parole d’Ensemble Montréal en matière de finance

L’administration Plante avait adopté une position semblable l’année dernière et en 2020, mais a refusé de répéter l’expérience cette année.

« Il faut reconnaître qu’on n’est pas tout à fait dans la même situation cette année qu’on l’était l’année dernière, a fait valoir la présidente du comité exécutif, Dominique Ollivier. Montréal avait une excellente relance économique, en fait, c’était la meilleure au Canada. […] Le chômage est revenu à des niveaux plus bas qu’avant la pandémie. »

Elle a souligné qu’un tel report de paiement de taxes coûterait des millions à la Ville de Montréal.

La proposition de l’opposition a été battue par les élus de Projet Montréal.