Le candidat à la mairie de Montréal et chef d’Ensemble Montréal, Denis Coderre, promet l’ajout de 50 000 logements dans la métropole au cours des quatre prochaines années, dont 10 000 logements sociaux.

Isabelle Ducas
Isabelle Ducas La Presse

M. Coderre a pris cet engagement vendredi matin, alors qu’il dévoilait la vision de son parti en matière d’habitation, en conférence de presse.

Selon le candidat, Montréal a besoin d’un « remède de cheval » pour affronter la crise du logement. « Si on veut faire pression à la baisse sur les prix et travailler sur l’abordabilité de la ville, il faut construire, il faut augmenter l’offre. Et c’est exactement là-dessus qu’on veut travailler », a-t-il dit.

Denis Coderre affirme que le Règlement pour une métropole mixte de la mairesse Valérie Plante est un échec, et que s’il est élu, il présentera un nouveau règlement qui exigera 15 % de logements sociaux et communautaires dans les nouveaux projets résidentiels de 25 unités et plus.

Rappelons que Projet Montréal, le parti de la mairesse Plante, a promis la construction de 60 000 logements en 10 ans, en assurant qu’un mécanisme permettrait que ces logements demeurent abordables pendant 40 ans.

Vendredi, Denis Coderre a assuré qu’il ne voulait pas se lancer dans une « guerre de chiffres » avec son adversaire. Mais du même souffle, il accuse Projet Montréal de ne pas avoir livré la marchandise au cours des quatre dernières années. « Comment ça se fait que Blue Bonnets n’est pas encore commencé ? Pourquoi rien n’a été fait à l’îlot Voyageur ? », a-t-il demandé, évoquant des projets qui sont toujours en attente de démarrage.

Quelques étages de plus

Le développement de l’offre de logements doit passer par une « densification douce », a répété M. Coderre, qui a donné quelques exemples : la construction de nouveaux édifices comportant un plus grand nombre d’étages, et l’ajout d’étages sur des plex déjà existants dans plusieurs quartiers de la ville, notamment. « Quand on parle de densité, on ne parle pas juste de construire des hautes tours au centre-ville », a-t-il souligné.

Le candidat à la mairie avait déjà évoqué la transformation d’espaces de bureaux en logements au centre-ville, qui pourrait ajouter 3000 unités, ainsi que le développement de la Cité du havre, où 20 000 logements pourraient être construits. Selon lui, 15 000 autres logements pourraient voir le jour sur des terrains appartenant à la Ville ou à d’autres instances publiques.

Pour éviter de dépendre entièrement des fonds provenant de Québec ou Ottawa, Ensemble Montréal prévoit créer un « Fonds d’investissement d’impact de Montréal pour l’habitation sociale, communautaire et étudiante » avec un investissement de base de 25 millions de dollars de la Ville de Montréal. Les partenaires institutionnels et privés tels que les fondations philanthropiques, les fonds d’investissement privés ou syndicaux et les autres paliers de gouvernement seront invités à y contribuer.

Une deuxième chance

Par ailleurs, Denis Coderre a affirmé qu’il donnait « une deuxième chance » à son candidat Dan Kraft, qui a partagé dans le passé sur les réseaux sociaux du contenu remettant en question les changements climatiques et la discrimination envers les Noirs. « Je ne suis pas content, et les gens savent ce que je pense des changements climatiques », a-t-il dit, soulignant que son candidat dans le district de Claude-Ryan, à Outremont, s’était excusé.