Le candidat à la mairie Denis Coderre propose d’imposer une nouvelle taxe aux propriétaires de panneaux publicitaires de Montréal afin de créer un régime de protection des artistes (et possiblement des techniciens) intermittents.

Philippe Teisceira-Lessard
Philippe Teisceira-Lessard La Presse

Son équipe et lui en ont fait l’annonce lundi avant-midi au centre-ville de Montréal.

« Si nous sommes une métropole culturelle, il faut protéger les artistes et leur permettre de faire leur travail qui nous rend si fier », a-t-il dit, flanqué par plusieurs de ses candidats. « Ce n’est pas strictement une question d’argent. C’est de donner les outils pour que nos artistes, nos créateurs puissent vivre de leurs créations, qu’on puisse leur enlever le stress. »

Le projet s’inspirerait d’un programme torontois financé à hauteur de 10 millions $ par une taxe sur les panneaux publicitaires.

M. Coderre n’a pas voulu préciser le coût d’une telle mesure pour la Ville, ni les corps de métier visés. « C’est le genre de choses qu’on va regarder », a-t-il dit. « On va regarder l’ensemble des options. […] Ça peut être également les techniciens, les responsables du son et tout ça. »

Ensemble Montréal a aussi annoncé d’autres engagements dans le domaine culturel : la formation politique veut accélérer la transformation de la bibliothèque Saint-Sulpice sur la rue Saint-Denis, éclairer les murales géantes et créer un festival autour des pianos publics.