La pandémie de COVID-19 a tempéré les ardeurs des criminels : les infractions ont globalement diminué de 11,2 % à Montréal en 2020, dans toutes les grandes catégories, sauf pour les crimes haineux basés sur la race, qui ont bondi, selon le dernier rapport annuel du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), rendu public mercredi.

Isabelle Ducas
Isabelle Ducas La Presse

Moins de crimes contre la personne, mais plus de tentatives de meurtre

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Les crimes contre la personne ont diminué de 3 % en 2021, selon le dernier rapport annuel du Service de police de la Ville de Montréal.

Les crimes contre la personne ont diminué de 3 %, tandis que les crimes contre la propriété ont connu une baisse de 11,9 % et que les autres infractions au Code criminel ont chuté de 16,6 %.

« Ce qui explique la baisse des crimes contre la propriété, c’est que les gens étaient confinés chez eux, en télétravail, il y a donc eu moins d’introductions par effraction, par exemple », souligne l’inspecteur David Shane, porte-parole du SPVM. « Comme les commerces étaient fermés, il y a aussi eu moins de vols à l’étalage et de vols qualifiés. »

Le nombre d’homicides est resté stable : il y en a eu 25 en 2020, soit le même nombre qu’en 2019.

« Le confinement a vraisemblablement eu des effets sur les victimes de violence conjugale et intrafamiliale quant à leur capacité à demander de l’aide, à avoir accès à des services et en ce qui a trait à la possibilité de détection ou de dénonciation de situations par un tiers, en particulier dans les cas d’abus d’enfants », note le SPVM dans son rapport.

Crimes en augmentation :

Tentatives de meurtre : hausse de 7,4 %

Vols de véhicules : hausse de 10,8 %

Crimes en diminution :

Agressions sexuelles : baisse de 16,9 %

Introductions par effraction : baisse de 13,3 %

Vols simples : baisse de 21,2 %

Fraudes : baisse de 3,9 %

Plus d’armes à feu

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Les armes à feu ont été beaucoup plus présentes lors des tentatives de meurtre : les policiers en ont trouvé dans 72,7 % plus de cas.

Les armes à feu ont été beaucoup plus présentes lors des tentatives de meurtre : les policiers en ont trouvé dans 72,7 % plus de cas. Le SPVM a aussi saisi plus d’armes (en hausse de 23,8 %), mais moins d’armes ont été remises volontairement (baisse de 56,1 %).

L’équipe Quiétude, qui rassemble des policiers et des civils possédant une expertise diverse en matière de lutte contre les groupes criminels et les infractions liées aux armes à feu, a poursuivi son travail en 2020. De janvier à décembre, les opérations menées par l’équipe Quiétude ont conduit à 85 perquisitions et à 104 arrestations, en plus de permettre la saisie de 45 armes à feu.

Extrait du rapport annuel du SPVM

Explosion des crimes haineux

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

« Avec la pandémie, on sait que la population d’origine asiatique a vécu beaucoup d’incidents haineux », souligne l’inspecteur David Shane, porte-parole du SPVM.

Les incidents haineux ciblant la race, l’origine nationale ou ethnique ou la couleur d’une personne ont bondi de 106,9 %, et les crimes haineux commis pour ces mêmes raisons ont augmenté de 52,9 %. Les crimes haineux commis pour d’autres raisons sont cependant en baisse.

« Avec la pandémie, on sait que la population d’origine asiatique a vécu beaucoup d’incidents haineux », indique l’inspecteur Shane, qui ajoute que le travail de prévention réalisé par les policiers a sans doute contribué à ce que les citoyens ciblés par de tels gestes portent plainte à la police.

Incidents haineux concernant :

– la religion : baisse de 48,4 % ;

– l’orientation sexuelle, l’identité ou l’expression de genre : baisse de 33,3 % ;

– le sexe : baisse de 9,1 %.

Moins d’alcool au volant

Au début de la pandémie, lorsque les travailleurs ont réduit de façon radicale leurs déplacements, les routes ont été désertées. Par conséquent, le nombre total de constats d’infraction émis en vertu du Code de la sécurité routière a considérablement chuté.

Extrait du rapport annuel du SPVM 

Il y a notamment eu une baisse notable des cas de conduite avec facultés affaiblies, de 39 %.

L’inspecteur Shane ajoute que la fermeture des bars et des restaurants ainsi que l’impossibilité de se réunir entre amis ont aussi contribué à réduire les cas d’alcool au volant.

Constats d’infraction :

– aux cyclistes : baisse de 39 % ;

– aux piétons : baisse de 42,4 % ;

– émis par le système de reconnaissance de plaques d’immatriculation : baisse de 40,2 %.

Moins de collisions, mais des conséquences plus graves

Les collisions mortelles (29) et celles avec blessés graves (136) ont cependant augmenté de 3 %, tandis que celles avec blessés légers et avec dommages matériels ont diminué (respectivement de 32,9 % et de 31,1 %).

Un cycliste est mort dans une collision en 2020, alors qu’il n’y avait pas eu de décès en 2019. Les collisions impliquant des cyclistes avec blessés graves (22) ont augmenté de 100 %, alors que celles ayant causé des blessures légères ont diminué de 16,5 %.

Chez les piétons, il y a eu moins de collisions dans toutes les catégories : collisions mortelles (- 25 %), avec blessés graves (- 23,5 %) et avec blessés légers (- 40,4 %).

Infractions aux règles sanitaires

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

« Au plus fort de la première vague, nos policiers ont répondu en moyenne à 9000 appels par semaine, dont plus du tiers étaient liés à la COVID-19 », indique le SPVM.

La pandémie a tenu les policiers occupés pour d’autres types d’infractions : le SPVM a observé une hausse de 375 % des infractions aux lois provinciales, et a reçu 6385 signalements pour des rassemblements interdits ou des commerces ne respectant pas les mesures sanitaires. Ils ont dû assurer 295 services d’ordre reliés à la pandémie.

« Au plus fort de la première vague, nos policiers ont répondu en moyenne à 9000 appels par semaine, dont plus du tiers étaient liés à la COVID-19 », indique le SPVM.

À ce titre, une hausse importante du nombre de services d’ordre imputable à la pandémie a été observée, en particulier en raison de l’intensification de la présence, dans les parcs et les lieux publics, de policiers chargés de surveiller le respect des mesures de distanciation physique.

Extrait du rapport annuel du SPVM

Légère baisse des appels au 911

Les appels au 911 ont toutefois baissé légèrement, de 3,1 %.

« De nouveaux types d’appels ont fait leur apparition : les appels de dénonciation liés à l’application des décrets de la Santé publique », explique le rapport annuel. « Au plus fort de la première vague, près du tiers des appels reçus étaient liés à la COVID-19. En réponse à cette nouvelle réalité, les policiers ont été déployés sur le terrain dans le but d’informer, de sensibiliser et d’assurer le respect des nouvelles règles. Entre le 12 mars et le 31 décembre, 4438 rapports d’infraction générale ou constats d’infraction ont été remis conformément à la Loi sur la santé publique. »