Le candidat à la mairie de Montréal, Denis Coderre, proposera un « projet hybride » incluant bateaux et espace public pour la marina de Lachine, a-t-il annoncé vendredi, flanqué par les deux principales opposantes à la fermeture des lieux.

Mis à jour le 4 juin 2021
Philippe Teisceira-Lessard
Philippe Teisceira-Lessard La Presse
Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

La conseillère municipale Julie-Pascale Provost – exclue de Projet Montréal l’an dernier pour ses prises de position dans ce dossier – tentera de devenir mairesse de Lachine sous la bannière d’Ensemble Montréal.

Josée Côté, ex-présidente de l’Association des plaisanciers du port de plaisance de Lachine (APPPL), tentera de devenir conseillère municipale.

Son groupe a été impliqué de près dans le dossier de la marina municipale de Lachine, qui fait l’objet d’une controverse locale depuis l’année dernière, lorsque l’administration Plante a décidé de la fermer définitivement pour transformer les lieux en parc public accessible à tous. À ce moment, à l’été 2020, la marina accueillait environ 450 bateaux et aurait eu besoin de travaux importants. Une poursuite avait été déposée par l’APPPL, avant d’être retirée en avril dernier.

Jusqu’ici, l’intention de la Ville est de transformer l’espace en un « nouveau parc sur les eaux du lac Saint-Louis », avec des investissements de 25 millions pour des travaux qui devraient se poursuivre jusqu’en 2025.

Denis Coderre a refusé de donner immédiatement des détails concernant son idée, mais parle d’un « projet pragmatique ». « Il y a des gens qui ont mis leur fonds de pension là-dedans [dans un bateau], a-t-il souligné en conférence de presse. C’est leur quiétude, c’est leur havre de paix et on leur a dit que le lendemain matin, ils devaient partir. »

Mme Provost, de son côté, a indiqué que l’annonce officielle serait faite « en temps opportun », mais évoque déjà un « parc-marina ». « On va inclure tout le monde, a-t-elle dit en entrevue. C’est dramatique à quel point la communauté est divisée à l’heure actuelle à Lachine. »

L’élue dit avoir rejoint Denis Coderre – un adversaire en 2017 – après avoir lu son livre et l’avoir rencontré. « C’est la bonne personne pour relever le défi du prochain mandat, pour remettre Montréal sur la map, comme il dit », avance-t-elle.

Un courriel qui soulève des questions

Par ailleurs, La Presse a appris que Mme Provost avait récemment fait sourciller des fonctionnaires de l’arrondissement de Lachine, en se plaignant auprès d’eux d’une contravention qu’elle avait eue pour motif de stationnement illégal.

Le 8 avril dernier, l’élue a écrit au directeur général et au directeur de l’aménagement urbain de l’arrondissement en rapportant avoir reçu « en face de l’hôtel de ville » de Lachine malgré une vignette universelle dont disposent les élus. L’image jointe au courriel – obtenus tous les deux par La Presse – montre plutôt une contravention obtenue au coin de la rue Sherbrooke et de la 25avenue pendant une période d’interdiction de stationnement.

« Je ne comprends pas ce qui s’est passé, j’aimerais que tu puisses vérifier », écrit Mme Provost au fonctionnaire, dans son courriel.

En entrevue, vendredi, la candidate a fait valoir qu’elle n’avait rien à se reprocher. « C’est un problème d’administration. On a des gens qui émettent des tickets qui viennent du Plateau, qui ne connaissent pas nos façons de faire et qui ne respectent pas nos politiques locales », a-t-elle dit. Mme Provost a aussi contesté sa contravention.

Denis Coderre a aussi annoncé que Lyne Laperrière serait sa candidate dans Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles. Elle l’actuelle présidente de l’association qui regroupe les entreprises qui œuvrent dans le domaine de l’isolation au Québec.