À huit mois des prochaines élections municipales, le maire de Laval, Marc Demers, n’a pas encore décidé s’il allait solliciter un nouveau mandat, mais d’autres lorgnent la mairie.

Isabelle Ducas Isabelle Ducas
La Presse

Au moins quatre candidats ont déclaré leur intérêt jusqu’à maintenant et fourbissent leurs armes pour la campagne électorale à venir : Michel Trottier, Michel Poissant, Sonia Baudelot et Gabriel Vellone.

L’actuel chef de l’opposition à l’hôtel de ville de Laval et chef du Parti Laval, Michel Trottier, avait déjà annoncé l’année dernière son intention de se présenter à la mairie.

Outre M. Trottier, Parti Laval compte un autre élu au conseil municipal : Claude Larochelle, qui sera de nouveau candidat comme conseiller.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Michel Trottier, chef du Parti Laval

Ça fait quatre ans que notre parti est là ; les gens commencent à nous connaître.

Michel Trottier, chef du Parti Laval

Il a jusqu’à maintenant annoncé des candidats dans 12 des 21 districts électoraux, « dont 75 % de femmes », souligne-t-il avec fierté.

Pour élaborer son programme de campagne, Parti Laval a mené l’automne dernier des consultations auprès des résidants.

Le programme sera dévoilé l’été prochain, mais Michel Trottier révèle qu’il proposera notamment de meilleurs services de proximité, comme des piscines publiques et des parcs mieux équipés, ainsi qu’un service de transport en commun plus efficace et plus économique.

Améliorer la gestion des fonds publics

Michel Poissant siège aussi à l’hôtel de ville comme conseiller municipal, depuis sept ans. Il a été élu en 2017 avec le parti du maire Marc Demers, Mouvement lavallois, mais a fait défection en 2018 avec cinq autres élus.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Michel Poissant, du nouveau parti Laval Citoyens

S’il tente sa chance à la mairie, c’est surtout pour améliorer la gestion des fonds publics, explique-t-il. Comptable agréé de formation, il dénonce le fait que la Ville compte actuellement 1000 employés de plus qu’il y a sept ans.

Parmi ses autres objectifs : verdir le centre-ville, faire de Laval une ville plus entrepreneuriale et « assouplir le processus décisionnel, dont la lourdeur actuelle contribue à démotiver les personnes qui travaillent dans les services municipaux », dit-il.

Son nouveau parti, Laval Citoyens, a annoncé jusqu’à maintenant des candidats dans cinq districts électoraux.

Sonia Baudelot retente sa chance

Le parti Action Laval compte pour sa part quatre élus au conseil municipal actuellement, qui se représentent, et plus de huit autres candidats annoncés à des postes de conseiller.

Celle qui se présente à la mairie pour le parti, Sonia Baudelot, avait aussi été candidate aux élections de novembre 2017, alors qu’elle représentait le parti Avenir Laval – elle avait obtenu la quatrième position sur sept candidats.

Mme Baudelot, agente de bord, a également été candidate pour le Parti conservateur aux élections fédérales en 2019.

« Le parti présente un ou une nouvelle candidate chaque semaine, ainsi, les neuf autres candidats seront présentés aux citoyens et aux médias au cours des prochaines semaines même s’ils travaillent déjà activement sur le terrain », indique le parti, dans une réponse envoyée par courriel aux questions de La Presse.

« Sa priorité sera d’apporter les solutions nécessaires à la résolution des problèmes quotidiens de l’ensemble des Lavallois et Lavalloises, comme le déneigement, les transports et la circulation, la qualité des infrastructures, ainsi que d’offrir un meilleur accès aux services municipaux. »

Une ville verte et transparente

Quant à Gabriel Vellone, il a fondé son parti, Progrès Laval, en 2018. Il a été candidat lors d’une élection partielle au conseil municipal, en 2019.

M. Vellone, greffier adjoint à la cour des petites créances, explique qu’il s’active actuellement à recruter des candidats qui souhaitent se présenter pour son parti dans les 21 districts électoraux de Laval.

Son programme électoral insistera sur l’importance d’avoir une ville « transparente et performante, pour le transport en commun, le déneigement, une ville verte et sans discrimination de la part de la police », explique-t-il.

Je veux que Laval devienne une référence dans le monde pour sa performance et pour sa grande disponibilité pour ses citoyens.

Gabriel Vellone, chef de Progrès Laval

Il souhaite notamment que Laval soit une « ville sans déchets » d’ici 2050.

Le parti Avenir Laval, ayant pour cheffe Christine Gauthier, est toujours inscrit comme parti auprès du Directeur général des élections du Québec, mais il a été impossible de le joindre pour vérifier ses intentions en vue du prochain scrutin municipal.

Quant au maire de Laval, Marc Demers, il a annoncé au début de janvier qu’il se retirait partiellement quelques semaines pour prendre soin de sa femme malade. Un responsable de son cabinet a indiqué qu’il n’avait pas encore pris de décision au sujet de son avenir politique.