Le remplacement des boules arc-en-ciel de la rue Sainte-Catherine Est a connu un faux départ, avec le report puis l’annulation du projet retenu dans le cadre d’un concours international, mais les responsables espèrent maintenant avoir trouvé leur coureur.

Philippe Teisceira-Lessard Philippe Teisceira-Lessard
La Presse

La Société de développement commercial (SDC) du Village officialisera publiquement ce jeudi qu’elle a choisi une nouvelle firme pour remplacer son projet La tête dans les nuages, qui devait lui-même prendre la place de la canopée iconique de l’architecte Claude Cormier.

C’est ADHOC Architectes, un cabinet de Montréal, qui a été sélectionnée à la suite d’un appel d’offres. Son aménagement inclura une installation aérienne et des aménagements en bordure de la chaussée, mais le concept final reste à fixer. Une chose est certaine : les installations seront destinées à demeurer en place tout au long de l’année plutôt que d’être limitées à l’été et seront inaugurées, dans leur première phase, dès le printemps prochain.

« On a senti que notre identité était comprise par leur proposition », a dit le directeur général de la SDC, Yannick Brouillette, qui est demeuré vague sur la nature de cette proposition. « On reprend les boules et on les fait rebondir », a-t-il tout de même précisé. Il a ajouté : « On va fort probablement réduire la densité au niveau de la canopée aérienne. »

Du côté d’ADHOC, on se prépare à consulter les résidants du quartier.

« On va proposer trois concepts à un panel de design mandaté par la SDC. Ensuite, on va cheminer à travers différentes itérations pour arriver à une première installation », a expliqué Jean-François St-Onge, cofondateur et directeur artistique.

Dans les dernières années, ADHOC a réalisé des projets d’architecture urbaine dans la rue Wellington. Rue Sainte-Catherine, l’entreprise travaillera avec MESSIER Designers, l’agence TUX, les spécialistes en éclairage CS Design ainsi que Latéral, un bureau d’ingénierie spécialisé en structure.

Un concours annulé

La tête dans les nuages était une collaboration entre le collectif artistique Escargo montréalais et une firme d’architecture new-yorkaise. Elle consistait en des agglomérations de formes coniques suspendues au-dessus de la rue Sainte-Catherine, rappelant des nuages qui changeraient de couleur selon le point de vue du passant.

La sélection du projet avait été faite fin 2019 et annoncée début 2020, quelques semaines avant que la COVID-19 ne déferle sur le Québec.

Mais trois enjeux ont mené à l’avortement du projet, a indiqué Yannick Brouillette : la pandémie a forcé à réduire radicalement le budget consacré au projet, la SDC a voulu changer l’orientation du projet dans la foulée d’une étude sur le quartier et La tête dans les nuages a soulevé des inquiétudes chez les pompiers.

« À la lumière de ces données-là […], il a été décidé de ne pas poursuivre avec le Collectif Escargo et de retourner en appel d’offres », a dit Yannick Brouillette. « Le contrat a été terminé en respect de l’ensemble des clauses du contrat. Les honoraires qui ont été engendrés ont été payés. »