(Montréal) Les maires de la couronne nord de Montréal demandent la mise en place d’une nouvelle ligne du REM sur leur territoire, suivant l’axe est-ouest.

Lia Lévesque
La Presse Canadienne

Au cours d’une conférence de presse lundi, les maires Marlène Cordato, de Boisbriand, et Marc-André Plante, de Terrebonne, ont expliqué que ce prolongement du Réseau express métropolitain devrait suivre l’axe de l’autoroute 640 d’est en ouest, afin de relier les municipalités de ce territoire.

La couronne nord s’étend d’Oka à L’Assomption ; elle compte 20 municipalités et 610 000 résidants.

L’idée de ce prolongement est de pouvoir relier Oka à Terrebonne en transport en commun sans avoir à faire de détour par Laval ou par Montréal.

EXTRAIT D’UN DOCUMENT OBTENU PAR LA PRESSE

Ce schéma, qui orne la page couverture du mémoire de la Table des préfets et des élus de la couronne nord – document obtenu par La Presse –, donne une idée du tracé d’un éventuel REM de la couronne nord.

Les maires Cordato et Plante affirment que bien des gens ont une vision dépassée de la couronne nord, qu’ils voient comme « un dortoir de la métropole ». Ils font valoir qu’en 2018, par exemple, 66 % des déplacements de la couronne nord étaient internes.

« Ce n’est pas normal que cela prenne deux heures et un passage par la station de Berri-UQAM pour relier Repentigny et Sainte-Thérèse. Ce n’est pas sensé, non plus, de demander à nos citoyens de réduire leurs déplacements en auto, quand leur trajet travail-maison prend trois fois plus de temps en transport collectif », a illustré le maire Plante.

Aux yeux des deux maires, la couronne nord a été négligée dans le développement du transport collectif dans la grande région métropolitaine ; il faut donc effectuer un « rattrapage ».

La mairesse Cordato fait aussi valoir l’argument écologique du transport en commun qui est préférable à l’automobile, puisqu’il réduit les émissions de gaz à effet de serre.

« C’est difficile de convaincre les gens d’abandonner l’auto solo quand il n’y a pas de solution de rechange », a-t-elle objecté.

Et le coût ?

Interrogée à savoir combien pourrait coûter un tel prolongement du REM, la mairesse Cordato a eu cette réplique : « la question qu’on devrait plutôt se poser, c’est’quel est le coût de ne rien faire aujourd’hui pour l’ensemble des citoyens de la couronne nord’ ? Lors du dernier forum de la mobilité, on avait bien expliqué que le coût de la congestion autoroutière actuellement est de plus de 1,2  milliard par année ».

Le maire Plante souligne que comme il s’agit d’un projet à plus long terme, vu les délais de planification, de conception et de réalisation, il devient difficile de calculer combien le prolongement pourrait coûter à ce moment-là. « Tous les maires de la couronne nord, nous sommes conscients que ce projet est ambitieux et qu’il va se réaliser certainement au-delà de la décennie actuelle. »

La mairesse Cordato s’est dite persuadée que le projet des maires de la couronne nord sera « reçu très positivement » par le gouvernement Legault.