La crue des eaux est désormais sous haute surveillance dans la région métropolitaine et à travers la province.

Sara Champagne Sara Champagne
La Presse

Avec des niveaux en hausse dans le lac Saint-Louis et le lac des Deux-Montagnes, la crue des eaux est sous haute surveillance au Québec, particulièrement dans la région métropolitaine. À Sainte-Anne-de-Bellevue, la Sécurité publique du Québec rapporte des « inondations mineures », avec un niveau à la hausse.

Le système de Surveillance de la crue des eaux du gouvernement du Québec note que malgré des inondations mineures, le niveau du lac Saint-Pierre est en baisse. On note également des inondations mineures dans le secteur de Terrasse-Vaudreuil, donnant sur les berges du lac des Deux-Montagnes. À la hauteur de la baie de Rigaud, secteur de la rivière des Outaouais, des inondations mineures sont enregistrées, avec un niveau à la baisse.

Dans les prochains jours, des précipitations de pluie ou de neige sont attendues sur une bonne partie de la province. Des conditions propices à des inondations. En date du 6 avril, les prévisions pour les 72 prochaines heures indiquaient une « stabilité et une légère baisse » des débits, notamment pour la centrale de Carillon.

À l’agglomération de Montréal, on rappelle que 3000 résidences sont à risque dans des secteurs de Pierrefonds-Roxboro, d’Ahuntsic-Cartierville, de L’Île-Bizard–Sainte-Geneviève. Aussi à risque: le village de Senneville et la ville de Sainte-Anne-de-Bellevue.

À partir de mardi, et ce jusqu’au 16 avril prochain, des agents de prévention visiteront les arrondissements et les villes touchées par les inondations l’an dernier, et en 2017. Il s’agit d’une campagne de prévention qui revient chaque année depuis trois ans.

Par voie de communiqué, la mairesse de Montréal a indiqué que son administration prend les dispositions pour être prête à intervenir. « Malgré la situation actuelle de pandémie, la préparation des résidents des secteurs à risque est primordiale. Nous voulons les outiller pour qu’ils se préparent à intervenir rapidement, comme nous nous préparons nous-mêmes », a expliqué Valérie Plante.

En raison de la pandémie, les agents en prévention accrocheront aux poignées des résidences les outils d’information concernant les mesures préventives à prendre, durant, et après de possibles inondations. Dans l’éventualité d’une inondation, un plan de sécurité est prévu incluant la préparation d’une trousse d’urgence contenant les articles de base d’une famille pour au moins 72 heures.

En 2019, plus de 800 résidences ont été touchées par la crue printanière. Dans certaines zones, il est désormais impossible de construire. Nombreux se rappellent la crue historique dans la petite municipalité de Sainte-Marthe-sur-le-Lac en raison de la rupture d’une digue. Elle a été reconstruite l’automne dernier.