Au lendemain de la présentation du budget du gouvernement Legault, la mairesse Valérie Plante rencontrera mercredi à Québec la ministre responsable de l’Habitation afin notamment de plaider les besoins pressants de logements sociaux à Montréal.

Kathleen Lévesque Kathleen Lévesque
La Presse

Qu’il n’y ait aucun nouveau fonds pour de nouvelles constructions de logement social dans le budget déçoit la mairesse de Montréal, qui l’a répété mercredi lors de la réunion du comité exécutif. Mme Plante entend en discuter avec la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest.

À l’heure actuelle, il y a 23 000 ménages montréalais en attente d’un logement social. La mairesse a rappelé que des fonds dédiés à l’habitation sont disponibles à Ottawa, mais que l’entente pour son utilisation avec le gouvernement du Québec se fait attendre. En Ontario, il y a déjà 2 milliards débloqués pour faire du logement social, a noté Mme Plante.

Le Québec est la seule province qui n’a pas signé avec Ottawa l’entente bilatérale en habitation. Loin de moi l’idée de savoir à qui la faute. Moi, ce que je veux, c’est une solution.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

La mairesse entend également aborder le délicat dossier de la loi 40 qui oblige le monde municipal à céder des terrains pour la construction d’écoles, et ce, même si l’éducation est une responsabilité constitutionnelle du gouvernement du Québec. Montréal risque ainsi de se retrouver avec un important fardeau financier, craint Mme Plante.

Selon l’estimation de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), l’impact financier pour l’île de Montréal s’élèverait à quelque 414,5 millions de dollars. Cette somme correspond à une valeur moyenne du terrain des écoles actuelles au prix du marché (6,28 millions) multipliée par le nombre prévu de nouvelles écoles pour les dix prochaines années, soit 66. Pour l’ensemble de la CMM (82 municipalités), cette estimation grimpe à 653 millions pour un total de 142 écoles à construire d’ici 2030.

Par ailleurs, Mme Plante entend rappeler sa préoccupation relativement à l’étalement urbain dont les membres de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) ont discuté en début de semaine, à Montréal. « Il faut absolument trouver des solutions pour contrer l’étalement urbain qui est vraiment nocif pour la protection de nos terres agricoles, mais également dans une perspective de diminuer nos émissions de gaz à effet de serre », a affirmé la mairesse. « Plus on développe loin, plus il faut développer un réseau routier, plus cela encourage la voiture solo, moins cela encourage le transport collectif », a-t-elle ajouté.