Le Quartier chinois de Montréal est beaucoup moins fréquenté depuis l’épidémie de coronavirus en Chine. Certains restaurateurs affirment avoir perdu jusqu’à 50 % de leur chiffre d’affaires habituel.

Suzanne Colpron Suzanne Colpron
La Presse

Même si aucune infection n’a encore été signalée au Québec, l’inquiétude autour du COVID-19 fait fuir la clientèle.

Rue De La Gauchetière, où se succèdent restaurants cantonais et sichuanais, pâtisseries et boutiques de souvenirs, le restaurant Beijing, habituellement très couru, notamment par la communauté chinoise, attire beaucoup moins de monde depuis quelques semaines.

« C’est toujours plus tranquille en janvier et en février, mais cette année, c’est pire », affirme May, derrière le comptoir de son établissement à moitié vide. « La météo ne nous aide pas, mais c’est sûr que c’est aussi à cause du coronavirus. Les gens sortent moins de chez eux. »

Dim sum

Hong, qui travaille au restaurant Kim Fung, à l’étage de l’immeuble au coin de la rue Saint-Urbain et du boulevard René-Lévesque, est du même avis. « Aujourd’hui [dimanche], il y a du monde, mais en semaine, c’est vide. On a perdu plus de la moitié de notre clientèle », lance-t-elle, au milieu des chariots de dim sum, ces petits plats chinois servis le midi.

Normalement, il y a foule tous les jours dans cet immense resto cantonais. Et le dimanche, l’attente pour avoir une table est d’au moins 30 minutes.

Dans sa minuscule boutique de souvenirs d’Orient, rue De La Gauchetière, Liu observe le même phénomène.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Dans sa minuscule boutique de souvenirs d’Orient, rue De La Gauchetière, Liu observe le faible achalandage.

C’est particulièrement difficile cette année. Il y a beaucoup moins de monde dans les commerces et dans la rue.

Liu, qui tient boutique dans le Quartier chinois

Quarantaine

Interprète judiciaire à l’aéroport Montréal-Trudeau, Angela Huang avance une explication : « Il y a des Chinois de Montréal qui se mettent volontairement en quarantaine pendant deux semaines à leur retour de Chine » pour éviter la propagation du COVID-19 au Québec, dit-elle. Des gens viennent les cueillir à l’aéroport et les conduisent à la maison, d’où ils ne sortent plus.

La période d’incubation moyenne du coronavirus a été estimée entre cinq et six jours. Mais elle pourrait s’étendre jusqu’à 12,5 jours, selon le CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal, qui recommande par précaution de considérer une période de 14 jours.

Angela Huang fait partie d’un réseau d’entraide, mis sur pied au cours des dernières semaines, pour aider les gens qui s’imposent une quarantaine en revenant de Chine ou après avoir été en contact avec des gens qui ont visité ce pays. Des bénévoles (ils sont tout près de 500) s’offrent pour faire le taxi, entre l’aéroport et la maison, ou pour faire les courses.

Mais ce n’est pas que la quarantaine qui éloigne les clients du Quartier chinois, c’est aussi la peur de la contagion.

On sait bien que ce n’est pas tout le monde qui se met en isolement au retour d’un séjour en Chine. Il y a toujours du monde qui va prendre le risque de contaminer les autres. Alors, je comprends que les gens soient inquiets.

Angela Huang

Brossard

Les restaurants chinois de Brossard, où vivent de nombreux immigrants chinois à l’extérieur de Montréal, sont aussi désertés.

« L’affluence a vraiment baissé dans plein de restaurants, constate Mme Huang, qui vit à Brossard. Chez Kam Fung, par exemple, l’attente pour avoir une table est habituellement de 30 à 40 minutes. Il n’y a aucune file depuis trois semaines. »

« Moi, je continue à y aller, mais je m’assois dans un coin, ajoute-t-elle. Il faut vivre, quand même ! Mais j’évite les endroits où il y a des centaines de personnes. »