Augmenter le salaire des conseillers municipaux à même la réduction de celui de la mairesse ne fait pas l’unanimité à l’hôtel de ville de Longueuil et a obligé la mairie à faire une nouvelle proposition présentée comme un « compromis », a appris La Presse.

Kathleen Lévesque Kathleen Lévesque
La Presse

En effet, deux versions d’un projet de règlement encadrant la rémunération des élus ont été transmises mardi à l’ensemble des membres du conseil municipal. Elles seront discutées jeudi lors d’une réunion plénière. À la mairie, on souligne que l’on cherche un terrain d’entente en présentant un « compromis » en vue de la tenue de l’assemblée mensuelle du conseil municipal mardi prochain.

Concrètement, il est toujours proposé d’abaisser la rémunération de la mairesse Sylvie Parent de quelque 40 000 $ sans toutefois toucher aux rémunérations liées à ses responsabilités régionales et suprarégionales (CMM et ARTM). Cette somme ne servirait plus à augmenter le salaire de base des conseillers municipaux mais serait retournée au fonds général de la Ville. Cet élément semblait diviser les élus dont certains voyaient d’un mauvais œil que la mairesse puisse tirer avantage de la situation. 

La hausse salariale proposée pour les conseillers municipaux (de 47 000 $ à 54 000 $) serait financée par l’abolition de la rémunération du maire suppléant (31 550 $/année) et la baisse des sommes allouées pour la présence des élus siégeant à des commissions locales. Depuis 2017, la nomination des élus aux commissions génère beaucoup de tiraillements partisans.

Pour l’opposition officielle, le véritable enjeu ne concerne que la mairesse Parent. Elle

continue donc de réclamer un « effort supplémentaire » de sa part et estime que la rémunération totale de Mme Parent doit être plus basse que celle versée à son homologue de Montréal, Valérie Plante. « Depuis le début, le seul vrai problème se trouve au niveau de la rémunération totale de la mairesse », rappelle le chef de l’opposition, le conseiller municipal Xavier Léger.

Comme le révélait La Presse le printemps dernier, Mme Parent bat tous les records dans le monde municipal : en 2019, elle a reçu 242 213 $ comparativement à 185 000 $ pour Mme Plante. C’est un changement législatif qui donne plus d’autonomie aux municipalités qui peuvent, si elles le veulent, déplafonner la rémunération. À Longueuil, le salaire de Mme Parent a ainsi fait un bond de 49 % entre 2017 et 2019.

Par ailleurs, M. Léger et son équipe demandent que le vote concernant la rémunération de la mairesse soit séparé de celui concernant les conseillers municipaux. Ils veulent également que le salaire des conseillers municipaux soit fixé à un maximum de 90 % de la rémunération de la mairie et ils souhaitent le maintien de leur rémunération pour leurs fonctions dans les commissions locales.

Dans un courriel du chef de cabinet de Mme Parent, Simon Lajoie, explique aux élus que « la mairesse [leur] demande que l’adoption de ce projet de modification du Règlement se fasse à l’unanimité ». M. Lajoie souligne qu’un consensus est attendu d’ici jeudi soir.

L’opposition dit être préoccupée par l’unanimité demandée puisque que la loi ne requiert qu’une majorité des 2/3 des voix ainsi que l’appui de la mairesse pour que des changements soient adoptés.