Que ce soit à l’épicerie, au magasin de sport ou à la boutique de vêtements dernier cri, tous les sacs d’emplettes en plastique seront bientôt bannis du territoire de la Ville de Montréal. « 2020, c’est la dernière année des sacs de plastique à Montréal », a prévenu mercredi la mairesse Valérie Plante.

Kathleen Lévesque Kathleen Lévesque
La Presse

En réunion du comité exécutif, Mme Plante a donné le mandat au directeur général de la Ville d’agir rapidement. Il s’agit de modifier la réglementation qui a été adoptée en 2016 et qui interdit depuis le 1er janvier 2018 l’utilisation de sacs en plastique d’une épaisseur de moins de 50 microns. L’administration veut maintenant franchir une étape de plus parce que le règlement n’a pas eu l’effet escompté, selon la mairesse.

« On a essayé de changer l’épaisseur des sacs de plastique en se disant que les gens vont les réutiliser. Mais, ça ne marche pas. La crise du recyclage que l’on vient de vivre est une alarme », a-t-elle affirmé. « C’est un geste simple de dire : plus de sac de plastique pour aller faire nos courses à l’épicerie ou acheter nos vêtements au magasin. On apporte nos sacs et on les réutilise. Ce n’est pas ça qui venir tout régler mais c’est un geste concret. Et ce qui est fabuleux, c’est que tout le monde peut y contribuer », a plaidé la mairesse Plante qui souhaite que toutes les municipalités du Québec suivent l’exemple montréalais.

Le monde des affaires réagit

L’intention a immédiatement été saluée par l’organisme Greenpeace puis par le Conseil canadien du commerce de détail (CCCD) qui représente quelque 33 000 commerces dont des grandes chaînes comme Costco, Walmart et Canadian Tire. « On est tellement contents que la Ville de Montréal prenne la balle au bond », a affirmé Jean-François Belleau, directeur des relations gouvernementales au CCCD.

Dans le cadre des consultations prébudgétaires du gouvernement du Québec, le CCCD a présenté la semaine dernière un mémoire dans lequel le bannissement des sacs d’emplettes en plastique à usage unique est recommandé pour tout le Québec. « L’uniformité manque un peu sur le territoire », constate M. Belleau.

Ainsi, si Montréal interdit depuis deux ans les sacs de moins de 50 microns, d’autres municipalités ont établi le plancher admissible à 100 microns d’épaisseur. De plus, des municipalités ont amalgamé les sacs d’emplettes à ceux, beaucoup plus petits, utilisés pour les aliments en vrac, par exemple. C’est un problème, selon Jean-François Belleau.

À Montréal, ces petits sacs de plastique ne seront pas visés pour l’instant. Une réflexion est en cours à la Ville concernant l’établissement d’un autre règlement qui limiterait l’utilisation du plastique à usage unique (pellicule plastique, barquettes pour les aliments, par exemple). Dans l’immédiat, Montréal s’attaque uniquement aux sacs de plastique.

Des impacts à mesurer

De son côté, la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) se montre critique et se demande si la Ville a réalisé toutes les analyses préalables. « C’est pour cette raison que nous proposons de mettre en place un projet pilote restreint avant d’élargir l’interdiction à tout le territoire », a indiqué par voie de communiqué François Vincent, vice-président de la FCEI. Ce projet pilote serait l’occasion, selon lui, de bien mesurer « les impacts économiques, environnementaux et logistiques de cette proposition », souligne M. Vincent.

Pour la responsable de la transition écologique au sein du comité exécutif, Laurence Lavigne Lalonde, le temps presse. « On ne peut pas rester les bras croisés » devant ce qu’elle appelle un « fléau ». « Combien de conteneurs de plastique d’Asie vont devoir revenir sur le territoire de Montréal avant que l’on choisisse d’agir collectivement ? », a-t-elle ajouté.

Cette dernière a rappelé les conclusions d’une étude récente du gouvernement fédéral (Ébauche d’évaluation scientifique de la pollution plastique). Elle a notamment souligné que le temps d’utilisation d’un sac de plastique est de 20 minutes mais que l’élimination du sac prendra des milliers d’années.  

En conférence de presse, Mme Lavigne Lalonde a précisé qu’une période de transition sera prévue afin de permettre aux commerçants d’écouler leurs sacs. Elle précise toutefois qu’une première version du projet de règlement pourrait être présenté au cours des prochains mois pour une application souhaitée en janvier 2021.