Oubliez l’effroyable coup du destin. La mort absurde d’un passant atteint par un débris aux abords de travaux sur la Plaza Saint-Hubert, l’été dernier, s’est produite alors que les règles de sécurité élémentaires étaient violées sur le chantier.

Philippe Teisceira-Lessard Philippe Teisceira-Lessard
La Presse

Jean-Philippe Gaudreau, 36 ans, marchait innocemment dans son propre quartier, le vendredi 30 août dernier en après-midi, lorsqu’il a été mortellement blessé à la tête. Il aurait été atteint par un débris projeté lors du sciage d’un morceau de béton par des employés du paysagiste Promovert inc.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Jean-Philippe Gaudreau

L’un des inspecteurs du travail dépêchés sur place a rapidement fermé le chantier en constatant qu’il n’était pas conforme aux règles de sécurité, indique-t-il dans un rapport de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) que La Presse a obtenu.

« Aucune mesure n’est mise en place pour que le public n’accède pas au chantier et [éviter qu’il] soit exposé aux dangers relatifs à un chantier de construction, notamment la projection de débris », a constaté l’inspecteur Pedro Barcena sur place.

De plus, « les travailleurs n’ont pas la formation nécessaire pour l’équipement de sciage », a continué M. Barcena en fermant temporairement le chantier. L’employé qui maniait la scie au moment du drame a admis à l’inspecteur « qu’il n’a[vait] reçu aucune formation spécifique sur l’utilisation » de cet outil.

« Incroyable, invraisemblable »

La mère de la victime, Diane Pharand, ne savait pas encore que la sécurité du chantier qui a tué son fils était défaillante.

« Ça me surprend qu’ils n’aient pas respecté les règles », a dit la mère endeuillée en entrevue téléphonique, entre deux sanglots. 

Moi, ce qui m’importe, c’est qu’ils prennent des mesures pour que ça ne se reproduise pas, qu’il n’y ait pas d’autres accidents.

Diane Pharand, mère de la victime

Mme Pharand trouve toujours « incroyable, invraisemblable » que son fils lui ait été enlevé soudainement, alors qu’il marchait simplement comme des dizaines d’autres personnes dans une rue passante de Montréal : « Quel est le risque que ça arrive en passant quelque part ? Une chance sur des millions ? »

« C’était un très, très bon garçon », a-t-elle laissé tomber, la blessure de sa perte encore vive.

Promovert était un sous-traitant de l’entreprise Bau-Québec, elle-même sous-traitant du géant Eurovia Québec, l’entrepreneur général responsable de la réfection de la Plaza Saint-Hubert.

Promovert et Eurovia n’ont pas rappelé La Presse. Denis Huard, de Bau-Québec, s’est complètement dissocié du drame. « Ce n’est pas notre chantier », a-t-il dit. « On n’a pas de lien avec ça, on n’était même pas sur le chantier ce jour-là. […] Bau-Québec n’a rien à voir là-dedans. »

Mort le surlendemain

L’ouvrier qui maniait la scie à béton – et dont le nom n’est pas révélé – n’a pas réalisé sur le coup qu’un homme venait de s’écrouler près de lui.

« Une personne non identifiée lui tape sur l’épaule. En se retournant, [l’ouvrier] voit un passant effondré sur le trottoir avec une blessure à la tête. Rapidement, un attroupement se fait, des manœuvres de réanimation sont tentées par un travailleur et un passant », rapporte le document signé par l’inspecteur du travail Pedro Barcena.

Jean-Philippe Gaudreau est mort le surlendemain à l’Hôpital général de Montréal.

La scie utilisée par le travailleur de Promovert était munie d’une « lame à diamants de 14 pouces ». Après l’accident, « il manque 8 dents au pourtour de la lame », constate le rapport.

Un deuxième rapport de la CNESST sur ce drame est sur le point d’être rendu, selon l’organisation. Julie Robitaille, porte-parole de la CNESST, a indiqué que, loin de contredire le rapport de M. Barcena, il étayerait ses constats en tentant de comprendre les causes exactes de l’accident.

— Avec William Leclerc, La Presse