Il n’a pas encore annoncé ses plans pour les prochaines élections municipales, mais Denis Coderre prépare déjà ses contre-attaques : l’ex-maire de Montréal a diffusé une déclaration où il minimise la contribution de Valérie Plante dans le projet de REM de l’Est.

Philippe Teisceira-Lessard Philippe Teisceira-Lessard
La Presse

Isabelle Ducas Isabelle Ducas
La Presse

Mardi, la mairesse de Montréal s’est félicitée du projet annoncé par la Caisse de dépôt et par le gouvernement du Québec, affirmant que le réseau de métro léger sur rail de 32 kilomètres correspondait à une bonne partie de son projet de ligne rose. Le tracé relie des quartiers mal desservis par les transports en commun, comme Montréal-Nord, Saint-Léonard et Pointe-aux-Trembles.

« C’est un cadeau que l’on vous fait, nous, la Ville de Montréal, avec le gouvernement du Québec, avec la CDPQ Infra », a-t-elle affirmé devant le conseil municipal, juste après l’annonce. « Un cadeau pour l’est de Montréal, mais aussi pour toute la métropole. »

Mais son prédécesseur à la mairie ne l’entendait pas de la même oreille.

Denis Coderre s’est tourné vers les réseaux sociaux pour publier une déclaration dans laquelle il se réjouit de l’annonce du REM de l’Est, mais écarte complètement Mme Plante de ses remerciements.

« Certains pourront tenter de mettre de la couleur à cette annonce, a-t-il écrit en faisant clairement référence à Mme Plante. La réalité : ce projet vient en grande partie des plans d’une phase 2 suite à l’actuel chantier du REM (phase 1) et surtout de la volonté et engagement du premier ministre Legault (convaincu par la ministre Rouleau). »

M. Coderre entretient le suspense quant à la possibilité qu’il tente de reprendre l’hôtel de ville de Montréal en 2021, après l’avoir dirigé de 2013 à 2017. Mme Plante a déjà indiqué qu’elle solliciterait un nouveau mandat.

Dans les derniers mois, deux sondages ont donné une longueur d’avance à M. Coderre.