Une brigade d’intervenants sociaux, une brigade de propreté, plus d’éclairage, plus de policiers, des agents de sécurité, un agent de liaison avec la ville…

Isabelle Ducas Isabelle Ducas
La Presse

L’arrondissement de Ville-Marie a présenté jeudi les mesures qui seront mises en place pour assurer une meilleure cohabitation entre les citoyens et les itinérants qui fréquentent les nouveaux refuges aménagés à l’Hôtel Place Dupuis (nuit) et au Grand quai du Vieux-Port (centre de jour).

Des agents d’accueil seront aussi ajoutés à l’entrée et à la sortie de l’Hôtel Place Dupuis, et un système de réservation par carte magnétique permettra d’éviter les trop longues files d’attente, ont expliqué les responsables municipaux.

Le plan a été dévoilé lors d’une séance d’information virtuelle suivie par une centaine de personnes, en début de soirée.

Mais ces mesures n’ont pas semblé convaincre les citoyens du secteur qui participaient à la rencontre.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Des agents d’accueil seront ajoutés à l’entrée et à la sortie de l’Hôtel Place Dupuis, et un système de réservation par carte magnétique permettra d’éviter les trop longues files d’attente.

Plusieurs d’entre eux ont affirmé vivre dans l’insécurité en sortant de chez eux en raison de la concentration d’itinérants et de vendeurs de drogue, autour de la Place Dupuis et dans le Vieux-Montréal.

Certains ont été pris à partie par des sans-abris ayant des problèmes de santé mentale.

Depuis que l’Hôtel Place Dupuis a été transformé en refuge, « le quartier s’est transformé instantanément », affirme Christian Marcotte, père de deux enfants, qui habite à 500 mètres de là.

« Je ne peux plus envoyer mes deux enfants à l’école tous seuls. Les gens se piquent sur le trottoir. Est-ce qu’on attend qu’il se passe quelque chose avec un enfant ? Est-ce que vous me dites que ma place, comme famille, n’est pas au centre-ville ? », a-t-il demandé, affirmant lancer « un cri du cœur » aux responsables municipaux.

« On entend votre cri du cœur, et on va déployer les ressources nécessaires pour que vous soyez en sécurité », a répondu le directeur de l’arrondissement, Marc Labelle, ajoutant notamment que les seringues seraient ramassées pour la sécurité des enfants.