Plus de trois ans après leur mésaventure, des automobilistes coincés sur l’A13 pendant une nuit de tempête sont sur le point de recevoir une indemnisation.

Philippe Teisceira-Lessard
Philippe Teisceira-Lessard La Presse

La conclusion d’un règlement à l’amiable avec le gouvernement du Québec, l’an dernier, permet aux sinistrés de toucher un montant allant de 350 $ à 1375 $.

Les chèques « vont commencer à être envoyés cette semaine », a indiqué MJean-Marc Lacourcière, du cabinet Trudel Johnston & Lespérance, en entrevue téléphonique avec La Presse. « On le fait par vague. »

Tous les automobilistes ne toucheront pas le même montant. « La section de l’autoroute où tout le monde a été immobilisé a été divisée en différents secteurs », a continué MLacourcière. « Les gens vont recevoir une indemnisation en fonction de l’endroit où ils ont été pris et donc du temps qu’ils ont dû attendre avant de sortir de là. » Les personnes particulièrement vulnérables (femmes enceintes, enfants, aînés) recevront une indemnisation bonifiée de 25 %.

Quelque 2400 personnes se sont manifestées auprès de l’action collective pour être indemnisées.

Si le gouvernement du Québec a accepté de régler à l’amiable, ce n’est pas le cas de la Ville de Montréal. Les procédures se poursuivent contre la municipalité. Une autre série de chèques pourrait donc suivre, si l’action collective est couronnée de succès.

Dans la nuit du 14 au 15 mars 2017, une tempête de neige tardive avait causé l’enlisement de poids lourds sur l’autoroute 13, à Montréal, bloquant derrière eux des centaines de voitures. La réaction des autorités n’a pas été assez rapide : certains automobilistes ont été coincés sur place pendant plus de douze heures.