Le milieu des affaires montréalais réagissait positivement au répit fiscal que lui a accordé l’administration Plante, jeudi, affirmant qu’il en allait de la survie de nombreuses petites entreprises.

Philippe Teisceira-Lessard Philippe Teisceira-Lessard
La Presse

Le ralentissement économique et les fermetures causés par la pandémie de COVID-19 ne laissaient pas d’autres choix à la mairesse, selon eux.

« Ce sont de bonnes nouvelles. C’est le budget qu’il fallait faire », a affirmé Michel Leblanc, de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, en entrevue téléphonique.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Michel Leblanc, président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Nous avions demandé – il y a plusieurs semaines – à la Ville de s’engager à limiter à l’inflation la croissance du fardeau fiscal. La Ville va plus loin que ce qu’on avait demandé.

Michel Leblanc, président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Selon le budget Plante-Dorais annoncé en matinée, le propriétaire de la « résidence moyenne » à Montréal doit s’attendre à voir sa facture globale de taxes augmenter de 7 $, soit 0,2 %. La facture fiscale des propriétaires de locaux commerciaux, elle, devrait demeurer inchangée. Une réforme technique en cours depuis trois ans devrait même leur faire épargner un peu d’argent – 16 % en moyenne sur trois ans, affirme la Ville.

« Ce sont de bonnes nouvelles, a dit François Vincent, porte-parole de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante. On est contents que les demandes des PME aient été entendues par l’administration Plante. On donne une pause fiscale aux PME. »

Selon un sondage effectué par la FCEI, les entreprises préfèrent obtenir un répit qui a des répercussions directes sur leur portefeuille, plutôt que des programmes complexes dont les bénéfices sont incertains.

Jusqu’aux entreprises ?

Reste à savoir si les commerces eux-mêmes pourront profiter de cette mesure, alors que beaucoup d’entre eux ne sont pas propriétaires des locaux qu’ils occupent. Les associations d’affaires ne s’inquiètent pas trop à cet égard.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

François Vincent, vice-président pour le Québec de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante

François Vincent, de la FCEI, a dit souhaiter que les propriétaires puissent donner de l’oxygène à leurs locataires, tout en soulignant que ces gens d’affaires aussi se retrouvaient en difficulté.

« Actuellement, les propriétaires sont surtout inquiets quant à la réduction des besoins d’espace de leurs locataires, que ce soit dans les tours à bureaux […] ou au rez-de-chaussée où des commerces ferment. Donc je ne m’attends pas à ce que cette année on soit dans une situation où les locataires auront de grosses augmentations de loyer », a continué Michel Leblanc.

Mon analyse d’économiste me laisse croire que le marché devient un marché de locataires davantage qu’un marché de propriétaire.

La Fédération canadienne des contribuables, groupe qui prône la rigueur budgétaire, s’en est prise à l’importance des dépenses de Montréal en salaires. « Dans un contexte où les employés municipaux gagnent presque 40 % plus que les contribuables qu’ils servent, l’augmentation des dépenses de rémunération à la Ville est absolument indécente », a déploré le porte-parole Renaud Brossard via communiqué.

« On voit bien qu’il y a deux classes de citoyens : ceux qui travaillent pour la ville et roulent sur l’or, et ceux qui doivent faire des sacrifices pour les payer. »

Le budget 2021 en sept investissements

En plusieurs centaines de pages, l’administration municipale a décrit jeudi la façon dont elle dépenserait le trésor public montréalais en 2021 et durant les années subséquentes. Tour d’horizon de sept investissements représentatifs.

Répit fiscal

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Valérie Plante et son équipe ont décidé d’offrir un répit fiscal aux Montréalais, en renonçant à augmenter les taxes municipales tant pour les résidences que pour les locaux commerciaux.

C’est la mesure phare de ce budget : Valérie Plante et son équipe ont décidé d’offrir un répit fiscal aux Montréalais, en renonçant à augmenter les taxes municipales tant pour les résidences que pour les locaux commerciaux. « Cette mesure sera salutaire », a dit la mairesse au cours de son point de presse. Certains arrondissements ont toutefois choisi d’augmenter leur partie de la facture envoyée aux Montréalais. En moyenne, il s’agira d’une hausse de 0,2 %.

Coût : 56 millions

Transports moins chers pour certains

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

À partir de l’été prochain, le métro et l’autobus seront gratuits en tout temps pour les enfants de moins de 12 ans et 50 % moins chers pour les aînés sur le réseau de la Société de transport de Montréal.

À partir de l’été prochain, le métro et l’autobus seront gratuits en tout temps pour les enfants de moins de 12 ans et 50 % moins chers pour les aînés sur le réseau de la Société de transport de Montréal (STM), a décidé l’administration Plante. « On le sait, à quel point c’est facilitant pour les familles qui font le choix du transport en commun », a dit la mairesse. Les enfants jouissaient déjà de plusieurs plages de gratuité, mais ce changement simplifiera les choses, a-t-elle souligné.

Coût : 9,3 millions

Un coup de pouce pour l’économie

PHOTO ROBERT SKINNER, LAPRESSE

L’hôtel de ville promet une nouvelle enveloppe pour soutenir les commerçants en 2021.

Gravement affectées par la pandémie, les rues commerciales montréalaises ne vont pas bien. Après deux plans d’aide, dont des mesures ciblant la période des Fêtes, l’hôtel de ville promet une nouvelle enveloppe pour soutenir ses commerçants en 2021. Les projets qu’elle financera n’ont pas encore été précisés, hormis l’accélération de la décontamination de terrains dans l’est de Montréal. En conférence de presse, la mairesse Plante a promis « une relance axée sur l’environnement, la résilience et l’inclusion ».

Coût : 50 millions

Des HLM plus salubres

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Montréal a augmenté de façon substantielle sa subvention à l’Office municipal d’habitation de Montréal, qui gère le parc de logement social sur l’île.


Afin de lutter contre l’insalubrité de certains bâtiments d’habitation, Montréal a augmenté de façon substantielle sa subvention à l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM), qui gère le parc de logement social sur l’île. « Cette augmentation sera [aussi] employée pour aider et orienter les ménages sans logis pendant la crise du logement qui est appréhendée en 2021 », indique le budget.

Coût : 1,08 million

Réparer les infrastructures

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE

Malgré les centaines de chantiers qui ont causé des maux de tête aux automobilistes dans les dernières années, Montréal souffre toujours de décennies de sous-investissement dans ses infrastructures.


Malgré les centaines de chantiers qui ont donné des maux de tête aux automobilistes dans les dernières années, Montréal souffre toujours de décennies de sous-investissement dans ses infrastructures. Des milliards seront donc consacrés aux voies et au réseau de distribution d’eau d’ici 2030 afin de le maintenir à niveau et d’éviter les bris majeurs. « Le programme prévoit notamment le remplacement des entrées de service en plomb », qui causent une inquiétude pour la santé publique, indique le budget.

Coût : 9,4 milliards sur les 10 prochaines années

Une bibliothèque pour le nord de Montréal

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Un projet de bibliothèque « inter-arrondissement » prendra forme à l’angle du boulevard Henri-Bourrassa Est et de l’avenue Oscar, à Montréal.

La Ville avait déjà annoncé ce projet de bibliothèque « inter-arrondissement » située à l’angle du boulevard Henri-Bourrassa Est et de l’avenue Oscar, qui servira à la fois les résidants de Montréal-Nord et ceux d’Ahuntsic-Cartierville. Elle l’inscrit maintenant à son programme décennal d’immobilisations. « On continue à investir dans nos milieux de vie », a affirmé Valérie Plante. Une bibliothèque fera aussi l’objet d’une réfection totale à LaSalle.

Coût : 38,2 millions au total pour la bibliothèque inter-arrondissement

D’autres achats d’immeubles en vue

PHOTO FOURNIE PAR LA VILLE DE MONTRÉAL

La Plaza Hutchison, édifice de cinq étages acheté par la Ville de Montréal pour en faire du logement social

Les élus municipaux de Projet Montréal ne perdent pas une occasion de mettre de l’avant l’achat, par la Ville, d’un édifice de cinq étages baptisé Plaza Hutchison pour en faire du logement social, plus tôt cette année. Montréal compte renouveler l’exercice : elle a mis de côté des dizaines de millions pour ce faire.

Coût : 109 millions en 10 ans